Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des experts bénévoles développent un vaccin contre le sida

Les résultats des essais cliniques analysés fin 2014




Des experts bénévoles développent un vaccin contre le sida
Ouverte dimanche dernier, la 7ème Conférence internationale contre le VIH et les hépatites s’est achevée hier, mercredi 30 avril, par l’annonce de nouvelles pistes thérapeutiques considérées comme très avancées contre le VIH et les hépatites, deux maladies  auxquelles scientifiques et chercheurs tentent de trouver un remède efficace.
Après Casablanca en 2010 et Genève en 2012, la septième édition organisée au Corum de Montpellier a révélé des avancées très prometteuses en matière de lutte contre le VIH.
La société Biosantech, une jeune start-up française de Sophia Antipolis Valbonne (Alpes-Maritimes), créée en 2011, a en effet annoncé aux 1300 chercheurs, médecins, militants associatifs, un Nobel, présents à cette grand-messe qu’elle est en train de mettre au point de nouvelles pistes thérapeutiques contre le VIH et les hépatites qui devaient aboutir à un vaccin contre notamment le sida.
Les progrès réalisés permettent à cette société française de passer en test de phase II de validation. La deuxième étape sur les trois nécessaires avant la commercialisation d’un vaccin. Comparativement à tout ce qui s’était fait jusqu’à ce jour, on peut dire que le vaccin contre le VIH serait ainsi l’une des plus belles avancées au monde, selon sa présidente, Corinne Treger. Puisqu’il est le premier au monde à avoir reçu l’autorisation de passer à cette phase d’un protocole d’essai clinique. 
Corinne Treger estime que «les premiers éléments de notre expérience sont, à ce jour, concluants mais l’enquête n’est pas terminée», rapporte Ladepeche.fr
Ainsi, «si les tests que nous menons actuellement sont confirmés d’ici la fin décembre 2014, les malades pourront alors suspendre leur traitement pendant une période temporaire que nous estimons à deux mois. Cela signifie que leur corps pourra ainsi se désintoxiquer des médicaments de la trithérapie après avoir procédé à trois injections de notre molécule TAT OYI», poursuit cette dernière.
En effet, les résultats des tests entrepris auprès de 48 séropositifs seront décisifs dans ce sens qu’ils confirmeront ou pas les avancées que la start-up prétend avoir réalisées. Et que deux experts en la matière présentent comme Jean-Claude Chermann, codécouvreur du virus du sida avec Luc Montagnier et Mark Wainberg, à l’origine du développement du 3TC, premier antiviral des trithérapies.
Il est à noter que ces nouvelles avancées visent à «restaurer le fonctionnement du système immunitaire des malades en neutralisant la protéine Tat impliquée dans sa dérégulation, caractéristique de la maladie», indique midilibre.fr
Il est à souligner que ce vaccin est développé par des experts bénévoles. 

Alain Bouithy
Jeudi 1 Mai 2014

Lu 1284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs