Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des enseignants passés à tabac à Oujda

L’Exécutif choisit la répression comme réponse aux revendications légitimes




Des enseignants passés à tabac à Oujda
Les enseignants suppléants de la région de l’Oriental ont subi leur part des coups de bâton assenés par le gouvernement Benkirane.
En effet, ce jeudi après-midi, ces enseignants ont été tabassés par les forces de l’ordre au moment où ils organisaient pacifiquement un sit-in de protestation devant le siège de l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation à Oujda. 
Selon un responsable de la Coordination régionale des enseignants suppléants, plusieurs personnes ont été blessées lors de cette intervention musclée. Grièvement atteints, certains d’entre eux ont été transportés d’urgence à l’hôpital El Farabi pour recevoir les soins nécessaires.
Les enseignants protestataires ont, dans ce cadre, organisé une marche vers cet hôpital en portant des bougies et en entonnant des slogans dénonçant «la politique répressive et méthodique contre les enseignants», tout en appelant le directeur de l’Académie à démissionner, car il n’a pas pu trouver des solutions à même de mettre fin à leur calvaire quotidien.
Les protestataires ont continué leur marche vers la Place 9 Juillet où le responsable de la Coordination a pris la parole pour insister sur la volonté des enseignants de poursuivre leur lutte jusqu’à la concrétisation de leurs «droits justes et légitimes» et notamment la régularisation de leurs situations administratives et financières.A rappeler que ce sit-in intervient dans le cadre du programme de protestation que les enseignants suppléants de l’Oriental ont fixé suite à la décision prise par le ministère de l’Education nationale de mettre fin aux contrats de 400 d’entre eux.
Il convient de rappeler également que les enseignants titulaires de licences qui protestaient  contre la décision de ce département de ne pas les intégrer à  l’échelle 10, ont connu le même sort mercredi dernier. Les forces de l’ordre les ont passés à tabac alors qu’ils manifestaient pacifiquement devant le siège du ministère de tutelle à Rabat. 
Dans un communiqué rendu public hier, les syndicats les plus représentatifs du secteur, à savoir la FDT, la CDT, l’UMT, l’UGTM et l’UNTM avaient condamné  vivement cette intervention qui  confirme  les pratiques répressives que le gouvernement  Benkirane a choisies  pour seule règle de conduite  depuis son investiture.
 

M.M
Samedi 25 Janvier 2014

Lu 1969 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs