Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des écoutes téléphoniques illégales défraient la chronique à Essaouira

Les atteintes à la vie privée mettent la ville en émoi




Des écoutes téléphoniques illégales défraient la chronique à Essaouira
C’était en 2012, lorsqu’un citoyen à Essaouira avait déposé plainte auprès du procureur du Roi pour harcèlements et atteinte à sa vie privée par des inconnus qui l’avaient mis sous écoute et l’avaient guetté lui et les membres de sa famille pendant plusieurs mois. A l’autre bout de l’appareil, des voix de femmes avaient aussi ciblé son épouse dans le but de déstabiliser sa famille. 
« Je reçois des appels anonymes menaçants sur mon portable dont chaque nouveau numéro est, à ma grande surprise, intercepté par mes détracteurs », avait déclaré le plaignant à Libé.
Qui sont ces gens-là ? Que lui voulaient-ils ? Comment pouvaient-ils à chaque fois connaître son numéro de téléphone ? Parvenaient-ils vraiment à  intercepter  ses appels téléphoniques et ses SMS comme ils le prétendaient ? Nul n’a pu apporter de réponse à ses questions, car même sa plainte auprès de l’opérateur téléphonique est restée lettre morte.
Outre cette affaire, une autre ciblant un citoyen occupant un poste de responsabilité sensible a défrayé la chronique. Cette fois-ci, tout l’effort des malfrats a été concentré sur sa femme dont ils interceptaient les appels et à qui ils adressaient d’autres anonymes au sujet de prétendus comportements inopportuns de son époux avec détails et scénarios montés de toutes pièces. Et ce furent  toujours des femmes qui l’accostaient dans la rue, au souk et  même au hammam pour lui raconter pareilles vilenies.
Malheureusement, aucune de ces mystérieuses messagères qui ne représentaient que la partie visible de l’iceberg d’un probable réseau criminel qui cible la vie privée des citoyens, n’a été  arrêtée. 
Aujourd’hui encore, des citoyens sont la cible d’actes criminels orchestrés par un mystérieux réseau qui utilise des méthodes louches pour parvenir à ses fins. 
S’agit-il d’une mafia qui défend ses intérêts? D’un réseau criminel engagé à cette fin ?
Nul ne le sait jusqu’à présent, car même au niveau des services sécuritaires et des opérateurs de télécommunications, on n’arrive pas à admettre la possibilité d’une mise sous écoute des appels téléphoniques par une partie tierce. 
Et si c’était vrai ? Si cela pouvait être possible grâce à certaines complicités? Comment peut-on expliquer cette capacité de localisation des lieux, des numéros de téléphone, et même des appels et des SMS comme le prétendent les appels menaçants que reçoivent les victimes ?
Quelle protection effective de leur vie privée, de leurs intérêts économiques, de leur sécurité physique et matérielle les Souiris pourront-ils avoir ? 
Le législateur a certes entouré la vie privée et les données à caractère personnel des Marocains de nombre de garanties et donnés des prérogatives au procureur du Roi d’ordonner toute mise des citoyens sur écoute.  
De ce fait, le non-respect de l’une des conditions stipulées par la loi, exposerait les contrevenants, dussent-ils appartenir aux forces de sécurité, à des poursuites pénales et disciplinaires pour violation des articles 115 et 116 du Code de procédure pénale et entraînerait, en application de l’article 751, la nullité des actes de procédure, à savoir les PV établis suite à une interception irrégulière.
Donc, au moment où juristes, acteurs et associations des droits de l’Homme, journalistes, et décideurs économiques s’interrogent encore sur la constitutionnalité et la légalité de l’interception des appels téléphoniques, l’on assiste à Essaouira à des actes criminels ciblant la vie privée des citoyens et profitant de complicités et de moyens qui échappent toujours  à la vigilance des services sécuritaires.
« Ça commence à prendre la forme d’actes terroristes ciblant la stabilité sociale des citoyens. Qu’un client de ce présumé réseau menace son adversaire de détenir des SMS et des appels téléphoniques le concernant afin de nuire à ses intérêts et à sa vie privée démontre la gravité de ces pratiques illégales qui se multiplient à Essaouira au vu et au su de tout le monde»,  s’indigne un citoyen.
Pourtant le Maroc n’a de cesse de déployer des efforts en vue   d’adapter et d'harmoniser le système national de protection des données personnelles à ceux de ses partenaires tels que définis par les instances européennes. La loi n° 09-08 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques portant sur le traitement des données à caractère personnel et qui a mis en place une commission nationale ad hoc  constitue une grande avancée dans ce sens.
Pourvu que les services compétents fournissent plus d’efforts pour mettre fin aux activités de ce supposé réseau mafieux.

Abdelali khallad
Mardi 19 Août 2014

Lu 1182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs