Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décision «populiste» ou simple application de la loi ? Les médecins du secteur public interdits d’exercer dans le privé




Décision «populiste» ou simple application de la loi ? Les médecins du secteur public interdits d’exercer dans le privé
La décision du gouvernement d’interdire aux médecins du secteur public d’exercer dans le privé ne fait pas l’unanimité au sein des professionnels du secteur de la santé.
Mohamed Dahmani, secrétaire général du Syndicat national de la santé publique (affilié à la FDT), a qualifié cette décision prise lors du Conseil du gouvernement tenu jeudi dernier, de «populiste» et de « comparable à celle prise dernièrement par le ministre de l’Education nationale». Mais il a tenu à nuancer ses propos en affirmant, dans une déclaration à «Libé», que son syndicat n’est pas hostile à la décision du ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi. «Est-ce que le ministère a les moyens d’appliquer cette décision? Qui veillera à son application en ces temps où le Conseil de l’Ordre est bloqué?», s’interroge le dirigeant syndicaliste. Et d’ajouter que le gouvernement devrait préalablement résoudre des problèmes juridiques avant de mettre sa décision en pratique.
La position du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL) est diamétralement opposée à celle de Dahmani. Le secrétaire général de ce syndicat, Mohamed Bennani Naciri, s’est montré favorable à la décision, car «le SNMSL exige depuis plusieurs années l’application de la loi 10/94 qui interdit aux médecins du secteur public de pratiquer dans le secteur privé».
Il a exhorté, dans une déclaration à «Libé», le gouvernement à aller jusqu’au bout dans l’application de cette décision, mais il a en même temps mis en garde contre d’autres pratiques qui peuvent nuire à la santé des citoyens comme le charlatanisme, la vente des médicaments sans diagnostic médical et l’ouverture des cliniques sans autorisation. «Le gouvernement a l’obligation également de mettre fin à ces pratiques», a-t-il ajouté.
Pour rappel, le ministre de la Santé a annoncé, lors d’un point de presse tenu jeudi dernier, sa décision d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le secteur privé, selon la MAP.
Les médecins et les cliniques privées, qui ne respecteront pas cette décision, seront sanctionnés. Il a également indiqué que des commissions d'inspection veilleront, à partir des trois prochaines semaines, au suivi de la mise en œuvre de "cette décision politique irréversible", ajoutant que les dispositions nécessaires seront prises à l'égard des contrevenants. Et d'ajouter que cette décision est prise conformément à la loi en vigueur dont l'article 57 interdit aux médecins d'exercer en même temps dans le secteur public et le secteur privé.
Cette décision intervient dans le but de valoriser les ressources humaines exerçant dans le secteur public à même de répondre, entre autres, aux besoins des citoyens en termes de prestations médicales, a conclu El Ouardi.

Mourad Tabet
Samedi 10 Novembre 2012

Lu 630 fois


1.Posté par zorare le 10/11/2012 11:43
y-a-il un controle sur la presence de pharmaciens dans leur office ?ALORS UNE REPONSE !

2.Posté par Magid le 11/11/2012 00:50
Voila une bonne chose, nombre de médecin qui étaient absent des hopitaux car occupés à faire fructifier leur clinic privé et aussi à orienter les patiens des hopitaux publics dans leur clinic qui souvent ne sont pas à la hauteur du tarif appliqué à leurs "clients".

3.Posté par kamchiche le 12/11/2012 15:08
M r le ministre est il parti voir bouya omar l exrecice psychtrique ou l exorcisme et charlatanisme sont benis et encourages par les autorites.Pourquoi le ministere refuse le depart des medecins en fin de contrat qui veulent quitter

4.Posté par Lakhal le 17/11/2012 00:44
c'est une décision logique
cependant la manière est brutale et les réactions risquent de paralyser le secteur médical
je pense qu'il est temps de commencer a faire respecter la santé publique en respectant le temps de travail et les malades mais svp Mr le ministre un peu de communication Soyer diplomate même si vous avez raison sinon vous risquez votre poste!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs