Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décès de notre confrère Abdelali Boukhalef : Un journaliste au long cours




Décès de notre confrère Abdelali Boukhalef : Un journaliste au long cours
Il est mort avec la naissance de la nouvelle semaine. En fin d’après-midi à Meknès, le mal inguérissable qui taraudait depuis plusieurs mois notre confrère Abdelali Boukhalef a fini par le terrasser. Avec lui, c’est une partie de la mémoire collective du journalisme marocain d’expression française qui s’est estompée à jamais. Avec son sourire en coin et son regard perçant, il symbolisait  pour tous ceux qui ont eu l’heur de le côtoyer, la souffrance que beaucoup de professionnels de haute facture endurent au sein de certaines entreprises de presse qui privilégient l’apport de la publicité au contenu éditorial et l’enrichissement de leur top management et des affidés de leur encadrement moyen aux soutiers de l’histoire que nous sommes.
Affable et disert, il endurait sans broncher, sacrifiant sa vie privée sur l’autel d’une chimère créée aux seules fins de diffuser un discours lénifiant et insipide qui ne servait à rien d’autre qu’à enrober les insertions publicitaires et à dévaloriser le vrai combat que tout journaliste se doit de mener au service de ces incontournables idéaux que ne peuvent porter que les militants des partis et organisations modernistes et progressistes. A l’instar de beaucoup de professionnels, il  croyait faire son devoir de chien de garde de la démocratie, alors qu’il ne gardait en fin de compte que des intérêts mercantiles d’une nomenklatura adossée ou appartenant à la technostructure de l’Etat.
Il a fini par le payer de sa vie puisqu’à l’origine de son mal, beaucoup de confrères mettent à l’index un simple accident de travail qui n’a jamais été formalisé en tant que tel. Stressé à mort par une insupportable surcharge de travail doublée d’une organisation des ressources humaines qui ne fonctionne que dans le sens de la répression de toute liberté d’expression malgré son apparente modernité, il a fini par perdre connaissance un jour. Résultat : la fêlure d’une côte qui n’a jamais guéri. Il n’en a pas beaucoup souffert, laissant à la nature le soin de la cicatriser.  Est-ce la cause de son cancer ? Dieu seul le sait. Quoi qu’il en soit, ni ses multiples hospitalisations, ni les nombreuses séances de  chimiothérapie n’ont réussi à lui rendre la santé. Une situation que son maintien en position de sujétion par rapport  à beaucoup de nouveaux venus dans le monde du journalisme ne pouvait que rendre encore d’autant plus intenable qu’il n’avait jamais été combatif.
N’empêche, Abdelali, maintenant que tu n’es plus de ce bas monde, tu auras enfin la plénitude de reposer en paix et nous garderons de toi le souvenir du journaliste digne et dévoué que tu as toujours été.

A.S
Mercredi 5 Décembre 2012

Lu 855 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs