Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De retour sur scène à 91 ans, Charles Aznavour “se marre”




"Moi, je me marre, je ne passe pas ma vie à m'emmerder...", glisse Charles Aznavour, grand ambassadeur de la chanson française, converti à l'ordinateur et aux logiciels de création musicale pour écrire des chansons qu'il présente à l'occasion de son retour sur scène à Paris. "Le plus dur, ce n'est pas d'écrire les arrangements, c'est de travailler avec l'ordinateur. Moi je ne suis pas né avec un ordinateur, j'ai grandi avec des bâtons, ces bâtons qu'on nous faisait tracer avec un stylo pour écrire droit et avoir une belle écriture", dit à l'AFP dans un hôtel de la capitale française ce "débutant" de 91 ans. Ami de Charles Trenet et collaborateur d'Edith Piaf, Aznavour va retrouver la scène parisienne pour la première fois depuis 2011. "Oui, il paraît que ça fait déjà quatre ans, ça m'étonne un peu quand même, je n'ai pas vu le temps passer", confie-t-il, avant d'investir le Palais des sports pour six concerts entre le 15 et le 27 septembre. Il ne s'agit en aucun cas d'une tournée d'adieux, précise ce réfractaire à la retraite, bien décidé à ne pas imiter Juliette Gréco (88 ans) lancée dans une tournée de remerciement ou Guy Béart (85 ans) qui a tiré sa révérence en janvier à l'Olympia. "Guy Béart, il est dingue, il devrait chanter, il a un matériel extraordinaire", souffle Aznavour. A quoi faut-il s'attendre sur scène? "A rien! Je viens, je chante des chansons que j'ai écrites, c'est ça mon métier... Je ne danserai pas, il n'y aura pas de mise en scène particulière. Je suis un chanteur de textes et le  public, je crois, vient pour ça". Le prolifique auteur de "La Bohème", "Emmenez-moi" ou "For me, Formidable", a sorti début mai un 51ème album et assure avoir déjà mis un point final aux textes du 52e. Sa source d'inspiration: les "faits de société", ajoute ce fils d'immigrés arméniens que le sujet des migrants ne laisse pas insensible. "C'est une chose que je n'ai pas connue, mais je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là", rappelle Aznavour, né en 1924 à Paris, en renouvelant son appel à "trouver une situation" et à "construire (une) future existence" aux nouveaux arrivants, par exemple en repeuplant les villages français. Pour l'auteur aux plus de 1.200 chansons, aucune situation ni aucun mot, comme le verbe "égorger" qu'il compte bien employer dans une prochaine mélodie, ne doivent être tabous. "Tous les mots difficiles je m'en sers, tous les mots qui choquent, je les garde. Je crois qu'il faut violer le public, parce que si on ne le viole pas,  on va continuer à chanter des choses comme «le Temps des cerises»", conclut-il.

Samedi 5 Septembre 2015

Lu 643 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs