Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De nouveaux combats à Marioupol fragilisent le cessez-le-feu en Ukraine


Première victime après la suspension des hostilités



De nouveaux combats  à Marioupol fragilisent  le cessez-le-feu en Ukraine
 
De nouveaux combats et une rupture de l'accord de cessez-le-feu étaient redoutés dimanche dans l'est de l'Ukraine où l'armée et les séparatistes prorusses se sont affrontés tard samedi à la limite de Marioupol. Tôt dimanche, le calme était revenu, mais les signes des combats de la nuit étaient bien visibles près du point de contrôle ukrainien, à la sortie est de Marioupol.  Un camion totalement détruit brûlait au bord de la route et plusieurs bâtiments à proximité étaient endommagés, les fenêtres soufflées. Dans une station-service à moitié détruite, un ballon de gaz continuait de brûler et risquait d'exploser, selon un habitant.
 Le point de contrôle était toujours occupé par les forces ukrainiennes. Une vingtaine d'hommes étaient visibles, ainsi que trois chars. "Les tirs ont commencé vers 22H30" (19H30 GMT), a expliqué à l'AFP Pacha, un combattant du bataillon de Vinitsa.
 "Ils (les prorusses) tiraient avec quatre obusiers. Ils ont tiré sur le checkpoint et sur les tentes", ajoute-t-il, assurant que les militaires ukrainiens n'ont "pas eu de pertes".  "Vous voyez quel genre de cessez-le-feu il y a du côté russe", ironise-t-il, soulignant ne pas savoir "ce qui va se passer aujourd'hui".
 Beaucoup d'habitants de la zone étaient venus aux nouvelles à pied, à vélo, et inspectaient les dégâts.  "Je n'ai pas entendu parler de pertes chez les civils car tout le monde s'est enfui d'ici" pendant les tirs, dit l'un d'eux, Vassili, chômeur de 34 ans, les mains pleines de débris d'obus.  "J'ai peur, je voudrais qu'il y ait la paix. Je pense que le cessez-le-feu est fini car c'est la troisième nuit de suite que nous ne dormons pas", dit Victoria, une retraitée.  Quelques heures avant ces événements, les présidents ukrainien Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine avaient estimé au cours d'un entretien téléphonique que le cessez-le-feu signé vendredi à Minsk était "globalement respecté".
 Destiné à mettre fin à un conflit de près de cinq mois dans cette région ayant fait, selon l'ONU, 2.600 morts et provoqué le départ d'un demi-million de réfugiés et déplacés, ce cessez-le-feu avait été accueilli avec scepticisme par les Occidentaux.
 Samedi matin, rebelles et forces gouvernementales s'étaient mutuellement accusés d'avoir violé le cessez-le-feu entré en vigueur vendredi à 15H00 GMT, par des tirs sur leurs positions respectives dans et autour des fiefs rebelles de Donetsk et Lougansk.
Les rebelles ont exigé samedi leur "indépendance" après les négociations vendredi à Minsk entre le "groupe de contact" composé de l'Ukraine, de la Russie et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et les séparatistes. 
"L'essentiel qui reste après ces négociations, c'est la reconnaissance d'une république autonome et indépendante au sein de la DNR ou au sein de Novorossia" (Nouvelle Russie, terme utilisé par le président russe pour désigner plusieurs régions de l'est et du sud de l'Ukraine, NDLR), a déclaré samedi à l'AFP le président du parlement de la DNR Boris Litvinov.
Une femme a été tuée par des tirs dans la nuit à Marioupol, première victime depuis le cessez-le-feu instauré vendredi, a annoncé dimanche la mairie de ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine.
 "Une femme a été tuée et trois habitants de Marioupol blessés", a indiqué la mairie dans un communiqué, précisant que les rebelles prorusses ont tiré sur un check-point à la sortie est de la ville et détruit une station service.
 

AFP
Lundi 8 Septembre 2014

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs