Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De Mhamid El Ghizlane au Niger, une Caravane culturelle pour la paix et la tolérance

“Nous nous sommes engagés à perpétuer les relations traditionnelles séculaires entre le Maroc, le Niger et le Mali”.




La paix n’est pas uniquement sujet de négociations ou de tractations. C’est un édifice d’une noblesse particulière qui appelle tous les acteurs à apporter leur pierre aussi petite soit-elle. Paris n’est pas fait en un jour.  C’est dans ce même sens, qu’une délégation culturelle marocaine prend part, depuis hier, au Festival de Ségou, au Niger, dans le cadre de la Caravane culturelle pour la paix qui  ambitionne d’encourager la réconciliation entre les populations.
La délégation marocaine comprendra une vingtaine de personnes dont le groupe traditionnel Chamra, génération Taragalte, ainsi que l’équipe de l’organisation du Festival Taragalte, indique un communiqué rendu public par l’Association Zayla de Mhamid El Ghizlane.  Ainsi, après la réussite des deux premières éditions du projet «Caravane culturelle pour la paix», le réseau des trois festivals partenaires, à savoir (Festival Taragalte Mhamid-Maroc, Festival au désert et Festival sur le Niger au Mali) est prêt à continuer l’aventure malgré quelques difficultés rencontrées lors de sa mise en œuvre inhérente à toute activité humaine.
 «Nous nous sommes engagés à perpétuer les relations traditionnelles séculaires entre le Maroc, le Niger et le Mali. Notre caravane est là pour la paix, la tolérance, l’amitié et l’amour entre les peuples et bien évidemment contre toutes les guerres néfastes et nuisibles au mode de vie paisible des habitants du désert», indique Abdelhalim Sbai, directeur du Festival Taragalte.
Pour accompagner le processus de paix qui vient d’être enclenché à la suite de la signature de l’accord de paix entre les différentes parties au Mali, la Caravane culturelle pour la paix a pour ambition de continuer à contribuer au processus par une vaste campagne de sensibilisation pour favoriser et encourager la réconciliation entre les populations, car il ne saurait y avoir de paix durable sans la réussite du processus de réconciliation.
Le Festival sur le Niger est un événement pluridisciplinaire de musique et d’art, créé en 2005 et qui se donne pour mission de contribuer à la promotion du tourisme et de la culture malienne, d’offrir à son public national et international une rencontre artistique de qualité et d’appuyer l’économie locale à travers la création d’opportunités économiques et le renforcement du secteur de l’art.
Il est né d’une initiative des entreprises touristiques et culturelles de Ségou, afin de créer un événement unique, mettant en valeur tout le potentiel attractif de la ville et de la région afin de valoriser les expressions artistiques et culturelles du Mali, de promouvoir la diversité culturelle, et d’appuyer l’économie locale.
De la création du Festival sur le Niger en 2005, à sa transformation en Fondation du Festival sur le Niger en 2009, avec ses différents programmes (Evènement Festival sur le Niger, développement de l’économie locale, recherche et développement et Centre culturel Kôrè), Ségou offre aujourd’hui des perspectives concrètes et des opportunités aux jeunes artistes et entrepreneurs culturels  du Mali et d’Afrique de se produire, de diffuser leurs œuvres et d’acquérir des compétences.
Le réseau «Caravane culturelle network» continue ainsi à travailler avec les autres réseaux du continent (Arterial Network, Kya, Doadoa, African Synergie, Circuit Manding, Timbuktu Renaissance et African Music Festivals Network etc...) qui partagent la vision et la philosophie de la caravane, mais peuvent aussi favoriser un effet de synergie.  
Le communiqué ajoute que le réseau «Caravane culturelle network» viendra soutenir les efforts des trois festivals pour la promotion et le développement de l’art et de la culture en Afrique, la sensibilisation pour la paix et la cohésion sociale entre les peuples du Sahel et du Sahara, mais aussi leur participation au développement socioéconomique durable  des populations de ces régions. Ce qui cadre parfaitement avec la vision de la Fondation DOEN.
Les activités de la caravane au niveau des trois festivals, selon la même source, consistent en la constitution d’un groupe de musique de la caravane qui fera des résidences de création en amont de chaque festival sur une durée de 7 jours et dont les travaux seront également présentés lors de ces évènements à travers des concerts avec d’autres artistes, l’organisation de causerie-débats lors de chaque festival sur les thèmes de la diversité culturelle, la cohésion sociale, la paix, la réconciliation et la tolérance, la reconstitution de liens familiaux entre des habitants du Sahara et du Sahel (faciliter les retrouvailles familiales), l’appui des artisans et des artistes locaux pour la promotion des produits artisanaux.

Mustapha Elouizi
Jeudi 4 Février 2016

Lu 1888 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs