Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

D’éminents intervenants au colloque Maroc-Afrique: histoire, présent et avenir

Le pari réussi de la Fondation Fikr




D’éminents intervenants au colloque Maroc-Afrique: histoire, présent et avenir
«Le Maroc et l’Afrique : histoire, présent et avenir». C’est le thème du colloque international organisé jeudi et vendredi par la Fondation Fikr pour le développement, la culture et les sciences au siège de la Fondation Mohammed VI des œuvres sociales de l’éducation à Rabat.
Plusieurs personnalités ont assisté à l’ouverture de ce colloque. Il s’agit notamment du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, du président de la Commission administrative du parti de la Rose,  Habib El Malki, du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Charki Draiss, du ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdesslam Seddiki, de l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad Eddine El Othmani, de syndicalistes, d’universitaires, de diplomates, entre autres.
Selon Mohammed Derouiche, secrétaire général de la Fondation Fikr pour le développement, la culture et les sciences, l’idée d’organiser ce colloque remonte à fin 2007. Mais pour de multiples raisons, elle a été ajournée à plusieurs reprises. Cependant, après le succès des visites Royales dans les pays de l’Afrique subsaharienne, décision a été prise de concrétiser «ce rêve».
Pour l’orateur, l’organisation de ce colloque a pour but de rapprocher les visions entre tous les acteurs, d’apporter des réponses aux grandes problématiques que connaît le continent africain et de développer les capacités individuelles et collectives pour que l’Afrique puisse trouver sa place parmi les pays les plus développés.
Landing Savané, leader politique sénégalais et ancien ministre au gouvernement Abdoulay Wade a, pour sa part, mis l’accent sur la dimension historique du Maroc. Il a affirmé que la plupart des citoyens de l’Afrique subsaharienne ne connaissent pas bien l’histoire du Maroc. «Les Africains du sud du Sahara gagneraient à connaître l’histoire du Royaume. Pour moi-même qui suis ami du Maroc, l’histoire de l’Afrique m’a permis de me ressourcer concernant l’histoire du Maroc et de me rendre compte de choses dont je n’étais pas toujours conscient», a-t-il expliqué. Et d’ajouter: «Je crois que le Maroc gagnerait à mieux partager son histoire avec l’ensemble du continent africain et notamment les pays du sud du Sahara. Cela aidera beaucoup à renforcer la compréhension mutuelle». Selon ce leader politique sénégalais, la connaissance historique n’est pas une fin en soi, mais elle aide à résoudre les problèmes actuels du continent. « Il faut restituer à la conscience africaine la dimension historique du Maroc pour contribuer à régler les problèmes actuels de la manière la plus pertinente qui soit», a-t-il souligné. Et de préciser: «Je dis toujours à mes amis qu’il y a deux façons d’apprécier l’histoire de l’Afrique : il y a certes une vision qui s’appuie sur la prééminence du fait colonial, mais il faut également recourir à la vision historique pour discuter des problèmes de l’Afrique, en vue d’arriver à mettre en place des solutions consensuelles». 
L’intervenant a, par la suite, abordé la question du Sahara marocain qui est, selon lui, toujours en discussion à l’ONU et qu’il souhaite voir définitivement résolue.
Pour sa part, Emmanuel Goulou, homme politique béninois, a mis en exergue le fait que l’avenir du continent africain passe par le renforcement de la coopération Sud-Sud.
Il a, en outre, salué les initiatives du Maroc allant dans ce sens. Notamment le fait que le Maroc soit devenu le deuxième investisseur en Afrique, le nombre important de bourses accordées  aux étudiants africains, le rôle prépondérant du Royaume dans le maintien de la paix et de la stabilité dans le continent et les négociations entamées avec des organisations régionales africaines pour la conclusion d'accords préférentiels et de libre-échange. Dans ce cadre, il a cité l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), la CEMAC (Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale) et la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest).
L’homme politique béninois a aussi mis en avant «l’image humaniste du Souverain» marocain, en se référant à l’Initiative prise par S.M le Roi Mohammed VI en matière de migrations qui a ouvert la voie à la régularisation de la situation des immigrés clandestins dont des Subsahariens. Le thème de la sécurité qui a tant hanté les esprits des gouvernements et des peuples africains, a été largement débattu lors de la deuxième séance modérée par le professeur Moussaoui Ajlaoui.
L’intervention du chercheur tunisien, Fayçal Cherif, a ainsi dressé l’état des lieux et les perspectives d’avenir concernant les défis sécuritaires et stratégiques actuels entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. Dans ce sens, il a appelé à la mise sur pied d’une force d’intervention africaine pour faire face aux crises et éradiquer le terrorisme qui fait des ravages en Afrique (La Libye, le Nigeria…).
Dans son intervention, l’ancien ministre Bonaventure Mbaya s’en est pris, quant à lui, à la Conférence de Berlin de 1885 qui a «balkanisé», voire «écartelé» les nations africaines. Le continent africain porte, jusqu’à maintenant, les séquelles de ce partage colonial arbitraire. 

Mourad Tabet
Samedi 14 Juin 2014

Lu 2942 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs