Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crise dans la zone Euro : L’économie espagnole en mauvaise posture




Crise dans la zone Euro : L’économie espagnole en mauvaise posture
L’Espagne a été encore fortement bousculée mardi sur les marchés, qui continuent de douter de sa capacité à assumer seule ses engagements financiers alors qu’elle doit voler au secours de ses banques et de ses régions, en pleine récession.
Les investisseurs n’accordent pas un jour de répit au pays, qui voit s’accumuler les mauvaises nouvelles: au menu de mardi, l’annonce par la banque centrale que l’économie, entrée en récession au premier trimestre avec un recul de son PIB de 0,3%, poursuivra son repli au deuxième, confirmant la tendance déjà avancée par le gouvernement.
Le ministre de l’Economie, Luis de Guindos, avait estimé que le PIB reculerait au deuxième trimestre, dans une ampleur «similaire» aux trois premiers mois de l’année
Autre déconvenue du jour: selon des données provisoires, les ventes de détail en Espagne ont plongé de 9,8% au mois d’avril, la pire chute mensuelle depuis 2003, ce qui confirme la faiblesse de l’économie.
Dans ce contexte morose, les investisseurs continuent de fuir tant les entreprises espagnoles que la dette publique du pays. La bourse a encore plongé de 2,34%, dans ses plus bas niveaux depuis mai 2003, et la prime de risque (surcoût que doit payer l’Espagne pour emprunter à dix ans, par rapport à l’Allemagne, référence du marché) a encore battu des records mardi matin, à 515,5 points.
Si le marché est si méfiant, c’est que, malgré la récession, le gouvernement doit actuellement agir sur plusieurs fronts pour venir en aide à son secteur bancaire et à ses régions, tous deux fragilisés après avoir trop profité de la bulle immobilière, qui a éclaté en 2008.
Les banques restent la source principale de tracas car l’Espagne va devoir mener le sauvetage public le plus cher de son histoire, celui de Bankia, troisième banque du pays par les actifs: pour se renflouer, elle a besoin de 23,5 milliards d’euros, dont 19 restent encore à trouver.
Une porte-parole du ministère de l’Economie a confirmé mardi que «la priorité est d’aller sur le marché», Madrid étant donc disposé à lancer une émission obligataire, malgré la tension actuelle, pour obtenir ces fonds.
De quoi faire grimper la dette publique espagnole bien au-delà des 79,8% du PIB visés par Madrid à fin 2012.
Alors que l’ensemble du secteur bancaire doit réaliser plus de 80 milliards d’euros de nouvelles provisions en 2012, sous la pression du gouvernement, les banques se mettent en mouvement: Banco Popular, numéro quatre par la capitalisation boursière, a dit négocier la vente d’un «pourcentage majoritaire» de son activité de banque en ligne afin de couvrir en partie ces nouvelles provisions.
Autre stratégie adoptée par les banques: fusionner pour se renforcer. C’est l’option choisie mardi par trois caisses d’épargne, Ibercaja, Liberbank et Caja3, qui ont approuvé leur fusion, créant la septième banque du pays par actifs (120 milliards d’euros).
Mais le marché s’inquiète aussi pour les 17 régions espagnoles: jouissant d’une grande autonomie, elles sont responsables des trois quarts du dérapage budgétaire de l’Espagne en 2011.
Le pays a ainsi enregistré un déficit de 8,9% du PIB, au lieu des 6% promis, et les régions, qui s’étaient engagées à atteindre 1,3%, ont cumulé un déficit de 2,94%.
Considérées comme les mauvaises élèves de la rigueur budgétaire, elles ont de plus en plus de mal à se financer auprès du marché: pour leur venir en aide, le gouvernement approuvera vendredi la mutualisation des émissions de dette des régions pour «réduire la pression» sur ces collectivités, a annoncé à l’AFP la porte-parole du ministère de l’Economie.
«Je peux vous confirmer que ce sera (approuvé) vendredi», a-t-elle déclaré, indiquant que les émissions seront «mises en commun, avec la garantie du Trésor», sous forme d’»hispanobons».
Mi-mai, le gouvernement a déjà dû souscrire un prêt de 30 milliards d’euros pour aider les villes et régions à régler les factures de leurs fournisseurs.

AFP
Jeudi 31 Mai 2012

Lu 721 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs