Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Création de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains

S.M le Roi préside la cérémonie d'annonce à Casablanca




Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, accompagné de S.A.R le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R le Prince Moulay Rachid, de S.A le Prince Moulay Ismail, a présidé, lundi au Palais Royal à Casablanca, la cérémonie d'annonce de la création de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, une instance destinée à unifier et coordonner les efforts des oulémas musulmans, au Maroc et dans les autres Etats africains, en vue de faire connaître les valeurs de l'islam tolérant, de les diffuser et de les consolider.
A cette occasion, le porte-parole du Palais Royal, historiographe du Royaume, Abdelhak Lamrini a prononcé une allocution devant S.M le Roi, Amir Al Mouminine, dans laquelle il a souligné qu'«en application des Hautes instructions données par Votre Majesté, en Votre qualité d'Amir Al-Mouminine, il a été procédé à la création de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, placée sous la présidence effective de Votre Majesté».
M. Lamrini a souligné que S.M le Roi, Amir Al Mouminine a bien voulu nommer Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, président délégué de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains.
Ahmed Toufiq a, par la suite, prononcé une allocution dans laquelle il a souligné que la décision de créer cette institution n'est pas liée à une circonstance particulière, elle ne procède pas non plus d'une idée fortuite. Elle est l'expression d'un travail en profondeur, adossé à un riche capital accumulé dans les relations du Royaume du Maroc avec une trentaine de pays d'Afrique par le passé, tout comme elle se base sur une conjonction de points d'intérêts communs en rapport avec le présent et l'avenir.
S'agissant de ces liens enracinés dans le passé, il a fait observer qu'ils se manifestent à travers le brassage humain entre le Royaume du Maroc et les profondeurs subsahariennes du continent africain, comme ils se révèlent dans le patrimoine civilisationnel et culturel commun, ainsi qu'en témoigne, en particulier, l'unité du facteur religieux dans ses dimensions se rapportant à la doctrine, au rite et à la sensibilité spirituelle.
La création de la Fondation, a-t-il ajouté, est un projet qui s'inscrit dans le cadre de la continuité et de l'accumulation historique, ainsi que dans l'engagement renouvelé dans l'exercice de la Haute responsabilité «qui Vous incombe pour la promotion de ces relations, particulièrement en ce qui a trait à la protection de la foi et du culte qui relève de Imarat Al Mouminine».
Parmi les marques de cet engagement durant les dernières décennies, il y a lieu de mentionner, a poursuivi Ahmed Toufiq, la construction de mosquées dans ces pays, la présence régulière d'oulémas africains aux causeries hassaniennes du Ramadan, la création de la Ligue des oulémas du Maroc et du Sénégal, la mise en place de l'Institut des études africaines et l'organisation de conférences sur les tariqas soufies.
Quant à la corrélation entre la mise en place de cette Fondation et les préoccupations du présent et de l'avenir, elle apparaît à travers deux éléments saillants, a indiqué le président délégué de la Fondation, notant que le premier élément a trait «aux attentes exprimées, à titre officiel de la part des pays africains, qui se déclinent en particulier dans les demandes adressées à Votre Majesté, concernant le besoin de formation d'Imams et de prédicatrices (morchidates), partant de leur intime conviction quant à l'importance de l'encadrement pertinent du fait religieux, en conformité avec les traditions magnanimes et pondérées, telles que consacrées depuis longtemps dans ces pays».
«Le deuxième élément tient à l'ardente aspiration exprimée par les oulémas africains qui procède de leur fidélité à leurs ancêtres, lesquels, pour la plupart, ont acquis leur savoir religieux et leur pratique comportementale auprès de maîtres et érudits au Maroc», a-t-il fait savoir.
Le président délégué de la Fondation a indiqué que la Fondation Mohammed VI des oulémas africains se veut un espace pour l'effort d'Ijtihad recommandé, afin de tirer bénéfice, de manière circonstanciée et selon les possibilités offertes, du modèle de gestion du fait religieux tel que Votre Majesté l'a initié, dans ses volets relatifs à la pensée, à l'encadrement et aux prestations de service.
Dans une allocution au nom des oulémas africains, le président de l'Instance de la Fatwa et du Conseil islamique du Nigeria, Cheikh Ibrahim Saleh Al-Hussaini a souligné qu'«au moment où nous vivons des heures de tristesse et de souffrance à cause des revers du sort qui ont frappé la Oumma, faits d'extrémisme et d'excès en religion dont souffrent nombre de pays, voilà que nous parvient l'appel de S.M le Roi, Amir Al Mouminine, protecteur de la religion et du culte, que Dieu l'assiste, appel auquel nous avons promptement répondu, pour la constitution de cette Fondation».

Mercredi 15 Juillet 2015

Lu 2587 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs