Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup de gueule de Joumana Haddad : Tuer le mythe de Schéhérazade afin de libérer la femme arabe




Révolte, indignation, colère, … les mots ne sont pas assez forts pour contenir la rage que Joumana Haddad essaie d’exprimer à travers son livre «J’ai tué Schéhérazade, confessions d’une femme arabe en colère ». Un coup de gueule contre les stéréotypes notamment occidentaux qui se complaisent à confiner la femme arabe dans un rôle d’éternelle soumise voilée et martyrisée. Est-ce vraiment une fatalité? Pour démontrer que c’est une vision tronquée, Joumana Haddad s’insurge. Ne plus être invisible, cloîtrée derrière des moucharabiehs ou sous le voile, Joumana l’affirme : «Oui, une autre femme arabe existe. Elle doit être remarquée. Elle mérite d’être reconnue et je suis là pour raconter son histoire. Parmi celles de beaucoup d’autres, la mienne».
C’est pourquoi, elle retrace l’histoire de la culture arabe en démontrant que l’obscurantisme intégriste d’aujourd’hui n’est nullement le fruit d’un quelconque passé historique puisque la culture arabe classique était très libre, ouverte à l’érotisme et à la sexualité. Est-ce donc un problème de religion musulmane? Pas vraiment. Joumana Haddad dépasse les clichés pour déclarer que si dans la religion chrétienne, les femmes semblent moins opprimées, elles n’en sont pas moins, fondamentalement, objet de discrimination « …Y a-t-il une différence authentique significative entre la femme arabe musulmane et la femme arabe chrétienne? J’ai peur que non, affirme-t-elle. Pas en profondeur. L’injustice, les doubles critères et les préjugés sont visibles avec plus d’évidence chez la première, c’est tout. Or l’évidence est presque toujours un piège». Comparant la religion musulmane et celle chrétienne, elle affirme sans encombre : «Il s’agit, pour moi du moins, de prendre conscience du caractère nocif de toute religion (nocif pour le bon sens, le mode de vie, la capacité à choisir, voire la santé), dès qu’elle quitte la sphère des nourritures, qui est sa place propre (pour ceux qui les recherchent), pour pénétrer la sphère de la vie publique et privée, où elle ne peut que détruire tout espoir de liberté, d’équilibre et de jugement objectif».
Cette volonté farouche de s’affirmer passe alors par un meurtre salutaire: tuer Schéhérazade, obligée de quémander au pouvoir masculin sa liberté, ses droits et le respect qui lui est dû. Tuer cette instigatrice qui entretient l’infériorité des femmes, alors que ses droits fondamentaux  - “Le droit de vivre. De choisir. D’être libre. D’être soi même. Le droit à tout”- devraient être des acquis indiscutables».
Tuer Schéhérazade qui a entretenu ce mythe destructeur: une femme doit avant tout satisfaire un homme pour réussir dans la vie. Tuer Schéhérazade pour mieux nous libérer, nous femmes arabes comme occidentales. «Il fallait tuer un mythe historique pour libérer le corps, donc également l’esprit, et écrire cette expérience pour mieux l’affirmer» écrit dans la préface Etel Adnan, qui ajoute : «Mais le corps est englué dès la naissance dans un contexte social, et c’est ainsi que les contraintes commencent et nous mènent jusqu’à même l’esclavage»
Son récit mêle témoignages personnels, moments poétiques et réflexions plus générales. Toute jeune, elle découvre le Marquis de Sade et depuis, ses lectures lui ont tracé le chemin de la liberté. Elle a appris à vivre, à affirmer se féminité et à s’affranchir du joug des préjugés. Bravant les interdits d’un conservatisme aveugle, elle a osé écrire de la poésie érotique. Ecrits qui lui ont valu d’ailleurs des menaces de mort.
Afin de mieux toucher le lecteur, les titres des différents chapitres l’emportent à travers des «stations» plus évocatrices les unes que les autres : Femme arabe lisant le Marquis de Sade. Femme arabe sans patrie. Femme arabe écrivant de la poésie érotique. Femme arabe créant un magazine sur le corps. Femme arabe redéfinissant sa féminité. Femme arabe ne craignant pas de provoquer … Femme arabe qui dit non et le vit. Avec pour clore en beauté : Suis-je vraiment une femme arabe?
Il faut rappeler que Joumana Haddad est journaliste et traductrice libanaise. Elle est fondatrice du premier magazine sur les arts du corps «Jasad» au Liban.
Une lecture passionnante, une plume acerbe qui, faute de  réussir la mise à mort définitive de certains préjugés à la peau dure, les assène d’un vrai coup de scalpel. De quoi relancer l’éternel débat!

Nezha MOUNIR
Jeudi 26 Janvier 2012

Lu 1058 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs