Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup d'envoi du Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger




Coup d'envoi du Festival du court-métrage  méditerranéen de Tanger
La 12ème édition du Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger (FCMMT), organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, s'est ouverte lundi soir à la cinémathèque de la ville du Détroit.
Lors de la cérémonie d'ouverture, qui s'est déroulée en présence notamment du wali de la région Tanger-Tétouan, gouverneur de la préfecture Tanger-Asilah, M. Mohamed El Yaakoubi, du maire de Tanger, Fouad El Omari et d'une pléiade de cinéastes marocains et étrangers, le directeur du Centre cinématographique  marocain (CCM), Sarim Fassi Fihri, a souligné l'importance de ce festival, devenu un rendez-vous incontournable pour faire connaître la production cinématographique marocaine et découvrir celle du pourtour méditerranéen.
Depuis son lancement, cette manifestation contribue au rayonnement du cinéma  marocain, en mettant la lumière sur les faiseurs de spectacle dans le Royaume, a ajouté M. Fassi Fihri, relevant que le CCM soutient dans le cadre de ses attributions la création cinématographique marocaine (production, promotion et formation) en tant que vecteur d'ouverture du Royaume sur son environnement régional.
De son côté, le maire de Tanger, Fouad El Omari, s'est félicité de l'accueil par la ville du Détroit de cette manifestation d'envergure, notant que ce rendez-vous cinématographique traduit la dimension géographique et culturelle de la ville et la dynamique culturelle et cinématographique que connaît le Royaume.
Cette cérémonie a été marquée également par la projection du film marocain "Ecran noir", de Nour-Eddine Lkhmari. Réalisé en noir et blanc sur un scénario de Nadia Larghuet, productrice connue du grand public pour avoir animé l'émission "Entr'Act"' sur 2M, ce court métrage tourné sur le mode du reportage donne la parole aux cinéastes et acteurs du cinéma marocain. 
Tout au long du film, ils s'expriment sans complexes et surtout sans amertume sur leur condition de faiseurs de spectacle. Le point commun liant ces professionnels est l'amour et la passion qu'ils portent pour le 7ème art malgré les désillusions et les frustrations.
Dans une déclaration à la MAP, le réalisateur marocain, Nour-Eddine Lkhmari, a souligné que l'objectif de son court métrage qui donne la parole aux professionnels du cinéma est d'ouvrir un débat constructif et sain sur la  situation de cette catégorie d'artistes au Maroc.  

Mercredi 15 Octobre 2014

Lu 1445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs