Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Conférence organisée par l’USFP à Casablanca: Habib El Malki appelle à élaborer une nouvelle charte pour la gauche




Conférence organisée par l’USFP à Casablanca: Habib El Malki appelle à élaborer une nouvelle charte pour la gauche
Habib El Malki  appelle à un « nouveau départ » pour la gauche marocaine. Il  propose même l’élaboration d’une charte entre les composantes de cette gauche qui les engage politiquement et moralement. Selon lui, l’opinion publique nationale a besoin d’un message fort capable de transformer nos postions préalables en réalités palpables.
S’exprimant lors d’une conférence-débat organisée par la section de l’USFP à Maârif Derb Ghellaf le 13 avril à Casablanca, sous le thème «Quel lendemain pour la gauche marocaine ? », le membre du Bureau politique de l’USFP a indiqué que cette charte sera une réponse à toutes les tentatives qui visent à légitimer la régression démocratique menée par certaines forces conservatrices. Mieux, elle sera un cadre de travail permettant de prendre de nouvelles initiatives sur le plan constitutionnel, politique, économique et social.
Pour Habib El Malki, la gauche a aujourd’hui une mission historique, entièrement différente de celle menée dans le passé, car le monde a beaucoup évolué depuis. « Aujourd’hui, la société marocaine vit au rythme des nouvelles mutations sociales et politiques qui nous interpellent à inventer de nouveaux concepts et de nouvelles approches pour mieux cerner et appréhender ce qui se passe », a-t-il souligné.
Mais la gauche a-t-elle besoin d’une nouvelle charte ? «Oui», a répondu l’intervenant. Selon lui, les échéances électorales prévues pour l’année en cours peuvent constituer une opportunité importante pour entamer le débat entre les forces de gauche sur les actions à mener et sur les positions communes  à prendre.
Habib El Malki estime que la célébration du 1er mai pourra également être une occasion pour la gauche de repenser ses relations avec la mouvance syndicale ainsi qu’avec les mouvements de protestations sociales.
Cependant, M. El Malki a tenu à préciser que la refonte de la gauche exige d’établir des  relations de confiance entre ses composantes, et dans ce cadre, il a tenu à rappeler: «L’USFP n’a pas un penchant paternaliste ou dominateur. Nous sommes tous à pied d’égalité. Nos forces et nos faiblesses sont partagées».
Même appréciation du côté d’Abdeslam Al Aziz, secrétaire général du PGNI, qui appelle, lui aussi, à la création d’un pôle de gauche. D’après lui, l’avenir est à la portée de la gauche mais à condition que ses forces soient habiles à mettre en place un projet sociétal alternatif capable d’unifier l’ensemble des composantes partisanes, syndicales et associatives de cette gauche. Mais pour y parvenir, l’intervenant pense qu’il faut beaucoup de modestie de la part des uns et des autres et une remise en question de certains comportements et positions politiques.
Le secrétaire général du PGNI estime que le projet de front de gauche doit intégrer les questions économiques et sociales, notamment la distribution équitable des richesses et la mise en œuvre d’une économie solidaire.  
Nabila Mounib, secrétaire générale du PSU, semble, elle aussi, sur la même longueur d'onde qu’El Malki et Al Aziz. Elle appelle à la création d’un nouveau front de gauche pour mener la lutte démocratique.
Mais, elle pense que la gauche a besoin d’un nouveau souffle et d’une nouvelle philosophie. « La gauche peut s’imposer comme alternative, notamment dans un contexte de crise qu’on vit actuellement. Mais, il faut qu’elle tienne à ses principes et se démarque de la politique accomplie », a-t-elle conclu avant de laisser la parole à Ahmed Zaki, membre du Bureau politique du PPS. Celui-ci a estimé que les forces de gauche ont besoin aujourd’hui d’instaurer une vraie culture démocratique et d’adopter le dialogue comme moyen de débat.
La culture démocratique, selon lui,  a fait longtemps défaut chez les partis de gauche, ce qui a affaibli leurs possibilités de rapprochement.

Hassan Bentaleb
Dimanche 15 Avril 2012

Lu 983 fois


1.Posté par futurbarbu le 16/04/2012 10:19
La gauche qui a la sympathie des democrates est devant un défi écrasant :l'arrivée de l'obscurantisme des barbus qui a pour seul but d'étouffer le peu de démocratie naissante obtenue grace aux énormes sacrfices des anciens militants ,c'est un danger sans précédent qui cherche à enterrer les libertés seules garantes de la dignité des humains ,oui les barbus veulent nous enterrer vivants ,ne les laissons pas faire !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs