Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Complémentarité entre cinéma et télévision

Prospecter les voies permettant d’instituer une complémentarité novatrice




Complémentarité entre cinéma et télévision
Les travaux d’un colloque organisé par  l’Association marocaine des critiques du cinéma (AMCC) se sont ouverts, vendredi dernier, à Rabat, dans le but d’établir un diagnostic de la corrélation entre cinéma et  télévision et de prospecter les voies permettant d’instituer une  complémentarité novatrice entre ces deux secteurs.
 Ce colloque de deux jours, initié avec le soutien du ministère de la  Communication et en partenariat avec la Bibliothèque nationale du Royaume du  Maroc, ambitionne d’amorcer un débat serein et profond autour de l’évolution de  la relation cinéma-télé, d’un rapport de concurrence à celui d’une  complémentarité, comme il vise à jeter des regards croisés sur les niveaux de  convergence et d’interférence entre l’œuvre cinématographique et le téléfilm.

Dans une intervention à cette occasion, le ministre de la Communication,  porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, s’est félicité du timing et de la thématique retenus pour ce colloque, qui vient à point nommé pour accompagner le débat en cours sur l’apport potentiel de la télévision au  soutien de la production cinématographique nationale, qui figure parmi les dispositions du cahier des charges du pôle audiovisuel public.

Le ministre a, d’autre part, rappelé les contours de la politique de formation des cadres des secteurs cinématographique et audiovisuel nationaux,  en perspective de la sortie de la première promotion de l’Institut supérieur  des métiers de l’audiovisuel et du cinéma. 

Pour sa part, le président de l’AMCC, Khalil Damoun, a appelé à réfléchir aux fonctions du 7ème art et de la télévision dans le paysage national,  examiner la possibilité de réaliser la complémentarité entre ces deux mondes,  et définir les différences entre le film cinématographique et le téléfilm, des points de vue de la conception et de la production.
A l’ouverture de ce colloque, l’expert français François Jost, chercheur à l’université Sorbonne et responsable du Centre d’étude sur les images et les sons médiatiques en France, a animé une conférence-débat lors de laquelle il a passé au crible les éléments ayant favorisé l’essor du téléfilm aux dépens de l’œuvre cinématographique. 

MAP



Mercredi 30 Avril 2014

Lu 111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs