Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Combats intensifs à Tripoli et Benghazi

L'entrée en fonction du nouveau Parlement fixée au 4 août




Combats intensifs à Tripoli et Benghazi
Les combats entre milices rivales se sont intensifiés mercredi autour de l'aéroport de Tripoli et dans la ville de Benghazi, les Libyens espérant que l'entrée en fonction du nouveau Parlement qui doit siéger à partir du 4 août à Benghazi, chef-lieu de l'est libyen et deuxième ville du pays, elle aussi en proie à des violences, pourrait mettre fin au chaos dans le pays. L'aéroport de Tripoli est fermé depuis le début le 13 juillet des combats entre milices rivales qui ont fait au moins 47 morts et 120 blessés, selon un dernier bilan du ministère de la Santé publié samedi soir. Mercredi, le chef du gouvernement intérimaire Abdallah Al-Theni a appelé de nouveau dans un discours à "l'arrêt immédiat" des combats, avant que le pays n'arrive à "un point de non-retour", a-t-il dit .
Les affrontements se sont intensifiés mercredi, ravivant le spectre d'une guerre civile. Des explosions étaient entendues depuis le centre de la capitale et des colonnes de fumée visibles au-dessus du secteur de l'aéroport.  Les tirs de roquettes ont atteint des maisons dans le quartier de Gurgi, près du centre ville, faisant des blessés, selon des témoins. Ces affrontements, les plus violents à Tripoli depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ont éclaté après une attaque menée par un groupe armé composé de combattants islamistes et d'ex-rebelles de la ville de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) qui tente de chasser de l'aéroport les ex-rebelles de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), anciens compagnons d'armes. Les heurts ont provoqué d’importants dégâts à l'aéroport et endommagé une douzaine d'avions de compagnies nationales.  Cette semaine encore, les violences à Benghazi ont connu une nouvelle escalade, faisant au moins 43 morts, selon des sources médicales et militaires. Au moins cinq soldats ont ainsi été tués mardi soir dans un double attentat suicide perpétré sur une base militaire dans le sud-est de la ville, selon l'armée. Cet attentat intervient au lendemain d'accrochages meurtriers entre l'armée et des groupes islamistes déclenchés par une attaque meurtrière des milices islamistes contre une caserne.
Selon des témoins, de violents combats continuaient mercredi à opposer les deux camps dans cette ville où Wanis Abou Khamada, le commandant des Forces spéciales de l'armée à Benghazi, a promis de "traquer les terroristes où ils sont". Abou Khamada s'était allié au général dissident Khalifa Haftar qui conduit depuis le 16 mai une opération pour "éradiquer le terrorisme à Benghazi".
Les groupes radicaux, dont celui d'Ansar Asharia classé organisation "terroriste" par Washington, font la loi à Benghazi depuis la chute du régime de Kadhafi et sont pointés du doigt dans plusieurs attaques contre les intérêts occidentaux et des dizaines d'assassinats de soldats.

AFP
Vendredi 25 Juillet 2014

Lu 541 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs