Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture en apothéose du Festival régional de la chanson marocaine à Rabat




Clôture en apothéose du Festival régional de la chanson marocaine à Rabat
Samedi 20 avril 2013, la salle Ba Hnini à Rabat a abrité la soirée de clôture de la deuxième édition du Festival régional de la chanson marocaine initié par la section Rabat Tackadoum de l’Association Chouala pour l’éducation et la culture. Un moment artistique au timbre de la reconnaissance, de la nostalgie et de l’espoir. Le public avait pu savourer la magnifique voix de Hayat El Idrissi tout en découvrant de belles et jeunes voix marocaines.
Hayat El Idrissi, avec toute la simplicité et la modestie qu’on lui connaît, s’est inclinée devant ses admirateurs et les mécènes qui ont semé d’amour et de chaleur cet hommage. Elle a saisi l’occasion pour rappeler ses débuts avec l’émission «Mawahib», et son parcours de  combattant pour se frayer un chemin dans la chanson marocaine. Pour Hayat, ce genre d’activité assure aux jeunes talents les espaces et les conditions requises pour dévoiler leurs voix vu les difficultés qui entravent tout début. L’icône de la chanson marocaine a reçu le portail de la ville de Rabat des mains de Mounir Chercki, membre du bureau national de Chouala, avant d’interpréter majestueusement «Sirt El Houb», «Ya Mohammed Saheb Chfaa » et «Ya Misbah El Houda».
Abdelhamid Labilta, vice-président de l’Association Chouala pour l’éducation et la culture, a placé ce festival dans son contexte associatif pour rappeler les objectifs de Chouala qui a toujours optimisé la participation des jeunes. Pour Said El Azzouzi, directeur du festival, les 700 jeunes qui ont adhéré aux phases éliminatoires interpellent en cette occasion les départements concernés qui doivent œuvrer pour l’évolution de la chanson marocaine tout en assurant aux jeunes talents les moyens de développer leur savoir-faire artistique. « Nous devons réconcilier la jeunesse marocaine avec son  identité plurielle qui recèle une diversité où cohabitent les composantes amazighe, arabe, africaine, hassanie et andalouse», a ajouté Sadi El Azzouzi.
La soirée de clôture a été rehaussée par la participation de l’acteur Abderrahim El Menyari, et la prestation de l’orchestre Taha de la chanson marocaine qui a accompagné les dix jeunes voix qui ont fait  le tour du répertoire de la chanson marocaine.
 Le jury du festival a décerné le premier prix à Salma Ben Nadir de Temara, le deuxième
à Khadija Bourhim de Salé et le troisième prix à Abderrezack Ben Larbi de Rabat.

Abdelali Khallad
Vendredi 3 Mai 2013

Lu 457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs