Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Classé 88ème sur 141 pays Le Maroc à la traîne en matière d’innovation




Classé 88ème sur 141 pays Le Maroc à la traîne en matière d’innovation
Selon un classement annuel publié par l’INSEAD (Institut européen d’administration des affaires et commerce international) et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), la Suède, la Suisse et Singapour ont été élus pays les plus innovants de l’année. Rappelons que la Suisse occupait déjà la première place dans le classement de l’année 2011. Le reste des pays figurant dans le top 10 de cette année sont la Suède, Singapour, la Finlande, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, Hong-Kong, l’Irlande et les  Etats-Unis. Le Maroc, lui, ne figure nullement en bonne place.
En d’autres termes, il est considéré comme l’un des pays les moins performants au monde en matière d’innovation. Il est classé 88ème sur les 141 pays figurant dans l’étude en question.
Au niveau du monde arabe, il  se trouve dépassé de loin par le Qatar, les Emirats arabes unis, le Bahreïn, Oman, l’Arabie Saoudite, le Koweït, la Jordanie, la Tunisie et le Liban. Bien que le Maroc soit passé de la 94ème place en 2011 à la 88ème en 2012, cette performance est loin d’être satisfaisante comparativement  à des pays qui ne disposent  pas des mêmes potentialités que le Royaume. Lequel a été carrément dépassé par des pays qui connaissent des troubles et une instabilité politique, à l'image de la Tunisie et du Liban, ou encore par de petits pays comme la République dominicaine ou Trinidad-et-Tobago (81ème)! 
Selon cet indice mondial, des pays à faibles revenus comme le Botswana (85ème), le Kazakhstan (83ème) ou encore la Namibie (73ème)  font mieux que le Maroc en matière d'innovation. 
Cet indice mondial prouve donc que notre pays  est dépourvu d'un facteur-clé de la croissance économique et qu’en l'absence d'un environnement favorable à l'innovation, il  ne pourra que difficilement booster sa  compétitivité.
Le classement de cette année montre que l’innovation est devenue un facteur clé de la croissance, comme le prouve le fait que le palmarès des 10 premiers pays comprend sept Etats européens, deux asiatiques (Singapour et  Hong Kong) et un pays nord-américain (les Etats-Unis d’Amérique).
Comme souligné dans ledit rapport par  le directeur général de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry, « l’innovation est un facteur clé de succès à plusieurs niveaux, au niveau de la croissance économique, de la création d’emplois de meilleure qualité et l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Elle est également essentielle à la compétitivité des pays, des industries et des entreprises».
De ce fait, selon la même source, les décideurs doivent être conscients que l’innovation et les nombreux avantages qu’elle procure nécessitent un investissement en termes de temps, d’efforts et de ressources humaines et financières. Le Maroc  possède toutes ces ressources, mais semble manquer de l’essentiel : l’ambition.
Rappelons que l’indice mondial de l’innovation pour l’année 2012, est calculé comme la moyenne des scores obtenus par les principaux moyens mis en œuvre (qui décrivent l’environnement favorable à l’innovation) et les principaux résultats (qui mesurent les réalisations concrètes en termes d’innovation). Cinq grands domaines constituent le sous-indice des moyens mis en œuvre en matière d’innovation : institution, capital humain et recherche, infrastructure, perfectionnement des marchés  et perfectionnement des entreprises.
Le sous-indice des résultats en matière d’innovation se décompose en deux catégories: les résultats scientifiques  et les résultats créatifs. L’indice d’efficacité en matière d’innovation, calculé sur la base du rapport entre ces deux sous-indices, évalue comment les économies tirent parti de leurs environnements favorables pour produire des résultats dans le domaine de l’innovation.
Le rapport 2012 est la cinquième publication annuelle de l'indice global de l'innovation, édité pour la première fois conjointement par l'Insead et l'OMPI. Les auteurs ont pris en compte 84 critères pour 141 pays représentant 94,9% de la population et 99,4% du PIB mondial.
 
 

MOHAMMED TALEB
Lundi 27 Août 2012

Lu 997 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs