Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinq jeunes photographes immortalisent les nuits d’Essaouira




Cinq jeunes photographes immortalisent  les nuits d’Essaouira
La photographie est à l’honneur à Essaouira du 2 au 28 novembre courant à la galerie Bab Marrakech qui abrite une exposition de photographies  intitulée «Nocturnes d’Essaouira» ou «Essaouira la nuit».
Cinq jeunes photographes, chacun selon son style, sa représentation du lieu et sa perception  des sens, ont majestueusement réussi à immortaliser  les nuits de la cité des alizés qui reste envoûtante de jour comme de nuit.
Pour Zhor Amhaouch, déléguée du ministère de la Culture à Essaouira, l’actuelle exposition s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique du ministère de la Culture visant à promouvoir les espaces culturels, les dynamiser et les rendre accessibles au grand public. Après plusieurs expositions ayant trait à la création plastique, a-t-elle ajouté, la galerie Borj Bab Marrakech accueille cette exposition de photographies de cinq jeunes artistes  ayant travaillé sur le thème sous différents aspects.
Houcine Baladi, ou la douleur qui accouche de la splendeur, est un jeune Souiri pris en charge par l’Association Bayti depuis l’âge de 13 ans,  et dont les talents cachés furent dévoilés et encouragés depuis son jeune âge. Grâce à ses efforts, il a réussi à perfectionner son savoir-faire. Un travail récompensé en 2004 par un voyage culturel en Andalousie et par le premier Prix du concours d’art organisé  par  la Fondation «Elegado Andalusia» dans le cadre du Festival des andalousies atlantiques. Son enfance difficile marque toujours ses œuvres inspirées de la douleur des enfants de la rue et des démunis.
Mohammed Aknaik, natif d’Essaouira en 1983, expose ses photographies inspirées de son expérience picturale. Pour Said Benhamida, il a travaillé sur les frontières entre rêve et éveil tout en puisant de la magie des nuits d’Essaouira. Soufiane Bouhali a, lui, su se distinguer par le caractère polyvalent de son expérience. Quant à Siham Machrouh, elle avait  entamé une belle carrière d’athlète avant  d’embrasser la photographie. Un revirement qui l’a poussée à travailler davantage afin de renforcer ses compétences et acquis.

Abdelali Khallad
Lundi 11 Novembre 2013

Lu 849 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs