Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinq artistes exposent pour les enfants de «Darna» à Essaouira

Un événement pictural et caritatif rehaussé par la présence de Miss Arab 2012




Cinq artistes exposent pour les enfants de «Darna» à Essaouira
Cinq artistes peintres marocains : Mehdi Qotbi, Mahi Binebine, Abderrahim Yamou, Najia Mehadji et Hassan Bourika, ainsi que   la Libanaise Nadine Fahd Akwanna, Miss Arab 2012, ont tous  répondu présent à l’appel lancé par l’Association Darna qui s’occupe des enfants abondonnés d’Essaouira. L’événement était vraiment de taille : une exposition collective des cinq  artistes peintres marocains en signe d’appui aux enfants de Darna organisée en étroite collaboration entre la délégation du ministère de la Culture et l’Association Essaouira-Mogador à la galerie du Bastion Bab Marrakech du 21 juin au 21 juillet 2013 et ouverte dans le cadre du programme de la 16ème édition du Festival gnaoua et musiques du monde.
Beaux et heureux comme tout, les enfants d’Essaouira Darna ont fait la vedette du vernissage rehaussé par la présence d’André Azoulay, conseiller de SM le Roi, Mohammed Sbihi ministre de la Culture, Abdelwahab El Jabri, gouverneur d’Essaouira et  Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme.
Khaled Benkhada, président de l’Association Essaouira Darna, a tenu à féliciter tous les mécènes qui ont permis la concrétisation de ce projet qui n’était qu’un rêve partagé avec Mahi Binebine deux ans auparavant. L’initiative des cinq artistes qui vont mettre en vente leurs tableaux et dix copies de leurs monographies au profit des enfants de Darna marque fortement la relation entre le pictural et le social, a-t-il ajouté. Une action de cœur qui met l’artiste marocain au service et à l’écoute des causes sociales et ne peut ainsi que booster les actions et les projets de Darna qui s’occupe  de 58 enfants abondonnés. Benkhada a annoncé à « Libé » le lancement des travaux d’extension du centre de Darna afin d’agrandir sa capacité d’accueil pour recevoir 100 enfants en octobre 2013. Le choix du nom Darna, a-t-il tenu à préciser, permet d’offrir chaleur, convivialité et climat familial aux enfants qui ont le plus besoin de se sentir chez eux.
Nadine Fahd Akwanna , Miss Arab 2012 et ambassadrice de l’enfant orphelin, était aussi présente pour soutenir cette action dans le cadre d’une tournée initiée par sa fondation à travers huit ville marocaines et treize institutions caritatives. Docteur en pharmacie, récemment accueillie par le Festival du court métrage au Maroc  qui lui a rendu hommage pour son action de cœur, elle a reçu le titre d‘ambassadrice des bonnes intentions de la ville d’Essaouira. Pour Miss Arab 2012, le langage artistique est universel et peut à cet effet servir les causes humaines sans divergences ou incompréhensions, car il sera assimilé et approprié par tous.
Pour sa part, Hassan Bourika , artiste peintre marocain, expose pour la troisième fois à Essaouira. Il se souvient de sa première participation dans le cadre de la première édition du Festival gnaoua. Pour lui, cette exposition illustre la mission humaine de l’artiste. Un engagement concrétisé par le biais de dix expositions dont les ventes étaient dédiées à des enfants marocains cancéreux, cardiaques ou abondonnés.
Abderrahim Yamou, artiste peintre, a, quant à lui, mis l’accent sur la coopération mutuelle et régulière entre artistes et associations qui ont toujours sollicité l’appui des premiers. De telles initiatives, a-t-il précisé, tirent la sonnette d’alarme et invitent les composantes de la société à réfléchir et mettre leurs moyens en synergie au service  des causes humaines.
Pour Abderrahim Bartia, délégué régional du ministère de la Culture dans la région MTH, le bastion Bab Marrakech est devenu un lieu incontournable pour les artistes peintres marocains. Lieu de mémoire symbolisant une longue histoire de partage et d’ouverture, Essaouira représente actuellement un modèle de développement axé sur le potentiel culturel et patrimonial. Un modèle repris par le ministère de la Culture qui ambitionne d’intégrer la composante culturelle dans les projets et programmes de développement au niveau régional et local.

Abdelali Khallad
Jeudi 27 Juin 2013

Lu 518 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs