Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Charte nationale de l’environnement et du développement durable : Les recommondations de l’étape d’Agadir




Charte nationale de l’environnement et du développement durable : Les recommondations de l’étape d’Agadir
Dans le cadre du débat national sur la Charte de l’environnement et du développement durable,une rencontre régionale s’est tenue à Agadir en présence de plus de 750 participants des différentes provinces de la région Souss-Massa-Drâa, de 45 représentants des clubs de l’environnement des établissements scolaires de la région,de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes,Mohammed Ameur,ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger et de plusieurs autres personnalités. Il est à noter que 622 participants ont pris part aux travaux des ateliers où l’on a enregistré 260 interventions,44 propositions écrites remises aux animateurs des différents ateliers.A rappeler,la tenue de 6 rencontres préparatoires.202 recommandations ont été formulées à cette occasion dont notamment le faite d’accorder un intérêt particulier à l’approche spatiale et à la planification régionale et communale et tenir compte de la dimension environnementale dans les différents projets  territoriaux; prendre en considération les recommandations et les grandes orientations de la Charte de l’aménagement du territoire national et les plans régionaux d’aménagement au moment de l’élaboration du texte final de la Charte; procéder à l’évaluation de la dynamique économique créée autour de l’exploitation de l’arganier pour en définir les atouts et les contraintes; créer un Fonds de soutien et de solidarité au profit des professionnels de la pêche artisanale et côtière, particulièrement pendant les périodes de repos biologique et les très fortes tempêtes interdisant toutes sorties en mer; créer un Fonds d’investissement avec la contribution des différents secteurs productifs pour  le soutien des plans de développement durable tout en taxant les entreprises qui ne respectent pas les normes environnementales (pollueurs payeurs); créer des Instituts scientifiques et des établissements universitaires dans la région pour renforcer la recherche scientifique et servir le développement humain; soumettre obligatoirement tous les projets de développement régionaux aux études d’impact sur l’environnement en vertu des  textes d’application de la loi N° 12.02 concernant l’étude de l’impact sur l’environnement; créer un Fonds d’investissement avec la participation des différents secteurs productifs pour le soutien des programmes de développement des aires protégées pour inclure les milieux côtiers et les fonds marins; établir des lois pour la protection et l’aménagement des milieux naturels précaires (montagnes et espaces marins); adopter une certaine  souplesse dans l’application des dispositions de la charte tout en y incluant un article concernant sa mise à jour régulière; protéger le secteur de l’arboriculture fruitière et particulièrement le noyer,l’amandier et l’olivier tout en encourageant les produits du terroir (safran,huile d’argane,figue de barbarie, caroube…); créer des mécanismes institutionnels régionaux et provinciaux pour assurer le suivi et la mise en œuvre des dispositions de la charte; encourager et soutenir  les associations de l’environnement en tant que partenaires stratégiques pour la mise en œuvre de la charte;  créer des décharges régionales contrôlées; assurer une bonne protection de l’arganeraie et des palmeraies de la région ; et créer un mécanisme de coordination entre les différents intervenants locaux dans le domaine de l’environnement.
A cette occasion,Aziz Akhannouch,ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes nous a déclaré: « La Charte de l’environnement et du développement durable concerne particulièrent la ville d’Agadir. Je pense que c’est une étape importante.La région Souss-Massa-Drâa, et Agadir en particulier, est une région ouverte sur le monde, parce que nous exportons des produits,parce qu’il y a le tourisme et des ressources halieutiques. Ce sont là nos principales activités qui doivent s’inscrire dans la durabilité, car nous devons exporter des produits de bonne qualité,avoir aussi  une bonne qualité de vie à l’intérieur de la ville et de la région et un bon réseau d’assainissement. C’est pour cela qu’aujourd’hui, c’est une étape très importante dans laquelle il doit y avoir une réflexion par rapport à l’ensemble de ces problèmes : problématique de l’eau,de la biosphère, de l’arganeraie et des palmeraies. Donc, cette région est un microcosme. On y retrouve un peu l’ensemble des variantes qui sont très importantes et sur lesquelles l’action du facteur humain est très importante pour s’inscrire dans la durabilité».

M’BARK CHBANI
Mercredi 17 Février 2010

Lu 1532 fois


1.Posté par anwar elakroud le 01/03/2010 19:12
j'espère que ce programme sera une occasion pour renforcer la mentalité des Marocains et pour éviter les préjuges sur les autres pays

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs