Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Charivari à la commune rurale de Bouahmed à Chefchaouen

Des plaintes déposées contre le président




Charivari à la commune rurale de Bouahmed à Chefchaouen
Le président de la commune rurale de Bouahmed dans la région de Chefchaouen provoque la colère des populations locales. En dehors des « irrégularités » et des « dysfonctionnements » dénoncés par les habitants et des présumées difficultés que connaîtrait cette commune rurale, on vient d’apprendre que des plaintes contre son président sont désormais entre les mains de la justice. A cause des « décisions illégales et injustes» du président de cette commune, les plaignants, qui espèrent que la justice finira par avoir le dernier mot, disent avoir subi un préjudice énorme.  
Abdallah Zouaoui, qui habite au douar « Jnan Niche » dans la commune de Bouahmed, a déposé une plainte auprès du tribunal de première instance contre le président de cette commune. Dans sa plainte, il dénonce les travaux d’une nouvelle route qui lui auraient causé des dommages importants. D’après le plaignant, la commune a aménagé une nouvelle route qui traverse ses terres et passe juste à côté de sa maison, ce qui n’a pas manqué de lui causer beaucoup de dégâts. A cause de ce chantier, plusieurs arbres dont une dizaine de figuiers ont été arrachés. Et pas seulement. Une fontaine et des escaliers menant à son domicile ont également été détruits, ce qui rend désormais difficile l’accès à la demeure du plaignant, déplore-t-il. De même, ce dernier dénonce un tas de gravats abandonnés aux abords de la maison, ce qui n’est pas sans constituer un vrai danger, surtout en cas d’intempéries. Ce constat, Morad Boulakhrif, l’huissier de justice assermenté auprès du tribunal de 1ère instance de Chefchaouen, qui s’est déplacé sur les lieux à la demande du plaignant, l’a consigné dans son rapport établi le 15 mai dernier, et dont Libé détient copie. Alors qu’un conseiller communal de la majorité au sein de la  commune de Bouahmed assure que le projet en question contribue au désenclavement de la région et affirme que les dégâts qui lui sont liés affectent peu les populations, nos sources soutiennent le contraire et accusent le président de mauvaise gestion. Et pas seulement. A en croire ces mêmes voix, qui ne mâchent pas leurs mots, le président privilégierait ses intérêts au détriment des populations locales. Il n’hésiterait pas à « exploiter les moyens de la commune et le véhicule de fonction à des fins personnelles ».
Après les plaintes auprès de la justice et les nombreuses critiques quant à « la présumée mauvaise gestion du président, son incompétence et ses actes illégaux », cet élu sera-t-il inquiété par le département de l’Intérieur ? Les autorités locales se décideront-elles à choisir entre une population frustrée et un président qui se croit au-dessus de la loi ? La machine de contrôle sera-t-elle enfin mise en branle pour que justice soit faite, comme le souhaitent les plaignants ?

Naîma Cherii
Lundi 9 Juin 2014

Lu 1089 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs