Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Changement climatique : L'ADA accréditée par le Fonds pour l'environnement mondial




Changement climatique : L'ADA accréditée par le Fonds pour l'environnement mondial
L'Agence de développement agricole (ADA) vient d'être accréditée par le Conseil du fonds pour l'adaptation (Adaptation Fund Board, AFB), relevant du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), à soumettre directement des projets de financement sans passer par des organismes multilatéraux.
En effet,  ce partenariat va permettre à l'ADA de mobiliser plus de ressources pour la mise en œuvre des projets d'adaptation aux changements climatiques dans le cadre de la stratégie pour le Plan Maroc Vert, sans attendre l'accord préalable du Conseil de ce fonds.
Sauf que cette accréditation de l'ADA nécessite des efforts considérables de la part des opérateurs agricoles qui doivent démontrer qu'ils respectent toutes les normes fiduciaires agréées par l'AFB. Elle donne la possibilité d'accéder et de gérer les fonds de manière indépendante.
A titre informatif, le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) réunit 176 pays membres au sein d'un mécanisme financier international dont l'objectif est de s'attaquer aux problèmes environnementaux à l'échelle mondiale tout en encourageant un développement durable au niveau national. Le FEM apporte son soutien à des projets dans les pays en développement dans les domaines de la biodiversité, du changement de climat, des eaux internationales, de la dégradation des sols, de la couche d'ozone et des polluants organiques persistants.
Pour sa part, le « Fonds d'adaptation » aux conséquences du changement climatique » a été créé en 2001 par les Etats membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en vertu des accords de Bonn et de Marrakech afin de financer des projets concrets d'adaptation aux impacts du réchauffement climatique dans les pays du Sud.
Il a été pendant trois ans l'objet d'une bataille sur ses modalités de gestion. Les pays riches souhaitaient que la gestion du « Fonds d'adaptation » soit confiée au « Fonds de l'environnement mondial » (FEM-GEF), une « banque de développement écologique » basée à Washington où ils disposent de facto d'une voix prépondérante.
Alors que les pays en développement exigeaient de leur côté de pouvoir contrôler la nouvelle institution, ils relevaient que celle-ci ne serait pas alimentée par les pays donateurs mais par un prélèvement de 2% sur les crédits d'émission générés par le Mécanisme de développement propre (MDP).  
Finalement, c'est la proposition des pays qui a été retenue; de ce fait le Fonds pour l'adaptation est financé par un prélèvement de 2% sur la vente des certificats de réduction des émissions obtenus via le Mécanisme de développement propre (MDP) créé dans le cadre du protocole de Kyoto.
A rappeler aussi que  l'Agence pour le développement agricole a été créée en 2008 dans le but de  revitaliser le secteur agro-alimentaire par le moyen de la  supervision de  la mise en œuvre du Plan Maroc Vert.

MOHAMMED TALEB
Lundi 3 Décembre 2012

Lu 376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs