Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ce qui se passe au Rif relève de la politique marocaine intérieure

Ildefenso Castro met en exergue les efforts déployés par le Maroc pour résorber la crise qui secoue la région




Le secrétaire d’Etat espagnol des Affaires extérieures, Ildefonso Castro, a remis les pendules à l’heure, en affirmant que les mouvements de protestation dans la région du Rif sont « une question de politique intérieure marocaine ».
Le responsable espagnol a fait cette déclaration lors d’une réunion de la Commission des affaires extérieures du Sénat tenue jeudi dernier, a rapporté l’agence  Europa Press.
Il a, cependant, assuré que le gouvernement espagnol est convaincu que le Maroc « pourra canaliser d’une manière satisfaisante » les demandes et les revendications de la population de la région du Rif, « dans le cadre du respect de sa Constitution et des lois marocaines».
Il a mis en exergue le fait que le gouvernement marocain a consenti des efforts pour satisfaire les revendications sociales de la population de cette région.
M. Castro a également souligné que l’Espagne suit avec attention ces mouvements de protestation, car Madrid considère le Maroc comme « un pays ami, voisin et partenaire stratégique ».
Quant au sujet relatif à la décision du Maroc d’interdire l’accès à son territoire du prêtre jésuite Esteban Velasquez pour prosélytisme, le ministre espagnol a mis en avant qu’il s’agit là d’une question bilatérale entre Rabat et le Vatican, tout en assurant que cette interdiction relève essentiellement d’« activités pastorales » et non en tant que citoyen espagnol, selon l’agence espagnole EFE.
Ce prêtre, qui était lié directement au diocèse de Tanger et accompagnait des migrants subsahariens à Nador, a été interdit d’accès au territoire marocain le 11 janvier 2016.
Par ailleurs, le responsable espagnol a assuré que l’Union européenne est actuellement en négociation avec le Maroc sur les modalités de la mise en application de l’accord agricole, tout en respectant la décision du tribunal de justice de l’UE. En ce sens, il a affirmé qu’une réunion a eu lieu le 19 du mois courant et qu’une autre se tiendra au cours du mois prochain.
Concernant la question du Sahara marocain qui a été évoquée au cours de cette réunion, le ministre espagnol a mis l’accent sur le fait que l’Espagne considère que le règlement de ce conflit relève des prérogatives de l’ONU et de l’envoyé du secrétaire général, tout en affirmant que le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait éludé de parler expressément du référendum.

T.M
Samedi 24 Juin 2017

Lu 3212 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs