Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Causes et circonstances des décès des enfants de moins de 5 ans

Objet d’une prochaine enquête du ministère de la Santé




Causes et circonstances des décès des enfants de moins de 5 ans
Le Maroc est-il à la hauteur de ses ambitions ? Est-il en mesure d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement notamment l’OMD 4 qui consiste à réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans de 2/3 entre 1990 et 2015. En effet, cet indicateur fait partie des indicateurs démographiques tels que l’espérance de vie et le taux de mortalité infantile, utilisés pour apprécier le développement par les Nations unies. Pour s’approcher le plus de ces objectifs rien de tel que des prospections sur le terrain. C’est dans ce cadre  que le ministère de la Santé s’apprête à réaliser dans les jours à venir une étude, dont l’objectif principal  vise à déterminer les causes et les circonstances des nouveau-nés  (mortalité durant la première semaine de vie et de 7 à 28 jours), durant le deuxième mois de la vie et des enfants de moins de 5 ans (par cycle de vie). L’étude sera conduite sur un échantillon représentatif au niveau national. Elle permettra par ailleurs d’actualiser les données sur les causes et les circonstances des décès, d’avoir des données chiffrées sur la mortalité par cause, représentatives au niveau national, afin d’une part d’avoir un bilan des actions menées, et d’autre part de se doter d’une base statistique sur laquelle fonder des priorités pour des actions futures.
Le Maroc n’en est pas un son premier coup d’essai. Deux enquêtes du genre ont déjà été réalisées dont l’une en 1988 et l’autre en 1998. C’est ce qu’indique un document du ministère de la Santé. La première étude, appelée ECCD-1, a été conduite sur un échantillon de 382 décès représentatif au niveau national, et a utilisé la technique d’autopsies verbales par questionnaire pour évaluer les principales causes de décès au niveau national, et était doublée d’un questionnaire sur les circonstances de décès. La seconde étude, appelée ECCD-II, a repris la même technique, et pratiquement le même questionnaire. Elle a été conduite près de 10 ans après la première. Comme certains programmes sont ciblés sur une ou quelques causes de décès, la variation de la mortalité pour ces mêmes causes permet d’en mesurer l’impact brut. Souvent à évolution beaucoup moins favorable, elle permet d’approcher ce qu’on pourrait appeler l’impact net des programmes.
La comparaison des deux enquêtes ECCD montre une forte baisse de la mortalité des enfants de moins de 5 ans au cours de la période 1987-88 à 1993-97, de l’ordre de 46% après correction des divers biais observés. Cette baisse est plus forte dans la période juvénile (65%), moyenne dans la période néonatale (45%) et moins forte dans la période post-néonatale (34%). Cette baisse de la mortalité pour certaines causes est attribuable d’abord aux succès du programme national d’immunisation (tétanos, rougeole, coqueluche, tuberculose), à ceux des programmes de lutte contre les maladies diarrhéiques et la malnutrition (diarrhées, dysenteries, malnutritions), ainsi qu’à l’amélioration des recours aux soins et la prise en charge des malades (diverses maladies infectieuses : septicémie, méningite, typhoïde, etc.). Il est vraisemblable que l’amélioration des conditions de vie, de l’alimentation du jeune enfant, de l’hygiène et de l’assainissement aient aussi contribué à la baisse de la mortalité, notamment pour la malnutrition et les maladies diarrhéiques. Par contraste, la baisse de la mortalité par infection respiratoire aiguë a été faible, voire négligeable hors de la période néonatale, et la mortalité des nouveau-nés due aux conditions de l’accouchement et la prise en charge du nouveau-né (souffrance foetale, prématurité et hypotrophie) a peu changé au cours de la période.
En fait et selon l’opinion des médecins qui ont revu les questionnaires, environ deux tiers des décès sont attribuables aux circonstances socioéconomiques difficiles, et tout particulièrement à l’éloignement des structures sanitaires, et le tiers restant aux différentes défaillances du système de santé.

Nezha Mounir
Vendredi 4 Octobre 2013

Lu 775 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs