Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cat Stevens en tournée pour concilier une double identité




Cat Stevens en tournée pour concilier une double identité
Légende du pop-folk, Cat Stevens se fait appeler Yusuf Islam depuis sa conversion à l'islam. Après une longue éclipse, il fait son grand retour lors d'une tournée mondiale où il cherche à concilier sa double identité. Personnage controversé pour certains, incompris pour d'autres, le chanteur britannique est remonté sur scène cette semaine à Londres, sa ville natale, pour deux concerts salués par la critique et qui ont permis de vérifier que sa voix, mélange de puissance et de douceur, transcende toujours les foules. "Ça fait du bien d'être de nouveau en tournée. Je suis un homme heureux", explique-t-il à l'AFP. Ce périple l’a conduit dimanche à Bruxelles, et il le conduira par la suite en Italie, en Autriche, en Allemagne, et le 16 novembre, à Paris, une ville dont "le rapport suave à la vie" l'a "fortement influencé". Partout, il défendra son nouvel album, "Tell'Em I'm Gone", aux influences très blues, mais laissera aussi une grande place à son répertoire ancien et à des tubes comme "Wild World," "Moonshadow" ou "Peace Train". "Je veux faire plaisir aux gens et aussi leur rappeler que c'est moi et non Rod Stewart qui ai composé une chanson comme « The First cut is the Deepest »", lance-t-il.Après l'Europe, il se rendra aux Etats-Unis, où il fut un temps interdit d'entrée lorsque son nom est apparu sur une liste de personnes interdites de vol après le 11 Septembre 2001. "Je me sens le bienvenu aujourd'hui. Ça va être bien", dit-il, avant d'ajouter dans un murmure : "J'espère". Aux Etats-Unis, plus que partout ailleurs, il risque d'être considéré à vie comme un individu un peu suspect.Depuis sa conversion à l'islam en 1977, Cat Stevens a basculé dans la catégorie des artistes qui font parler d'eux pas seulement pour leur talent. Il en a gardé des cicatrices profondes et une méfiance féroce envers les médias. "Nos relations sont sur le fil du rasoir. Les médias sont toujours en quête de gros titres. Je ne peux faire confiance à personne", dit-il l'air navré.

Lundi 10 Novembre 2014

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs