Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Carrefour des nomades du monde, le Taragalte de retour à Mhamid Elghizlane

Du 27 au 29 octobre prochain




 La caravane du Festival Taragalte arrive à un autre point de son long parcours et compte souffler du 27 au 29 octobre 2017 sa huitième bougie dans la belle oasis de Mhamid El Ghizlane (province de Zagora), sous un signe combien révélateur et aussi bien important que novateur :« Afrik Elles ».
Ce festival qui a lieu entre oasis et dunes, célèbre , selon un communiqué des organisateurs, "l'héritage  nomade et la musique du monde sous les étoiles", et consacre par la même occasion la 4ème édition de la caravane, "pour la promotion de la paix et de la tolérance au Sahara et au Sahel".
Rendez-vous culturel et artistique incontournable pour les passionnés de la vie nomade et du désert, le Taragalte promet, comme à l’accoutumée, une programmation riche et variée, mariant les spectacles musicaux, les ateliers de formation, des présentations du savoir vivre et mode de vie nomade, des conférences…
 «Afrik Elles» veut dire que les femmes africaines seront à l’honneur lors de cette édition, et en particulier la femme issue du milieu sahraoui au travers de ses traditions, sa vie de tous les jours, ainsi que son combat, ses chants quotidiens et sa musique douce et expressive. La femme africaine est passeuse d'art et garante des traditions ancestrales, du lien entre les hommes, indispensable au développement socioéconomique.
L’agenda de cette manifestation internationale d’envergure, vu les flux de plus en plus croissants en termes de touristes, de chercheurs et de spécialistes sera assez prometteuse avec de nombreux ateliers et expositions qui traiteront de la protection de l’environnement, des tables rondes autour du tourisme durable dans la région, de la désertification et du palmier (feuilles, bois, fruits …), arbre symbole et vital de la région.
La diversité culturelle et son rôle dans le rapprochement des peuples seront cette année une thématique essentielle. Le festival accueille une pléiade de chercheurs et de spécialistes tels que Hassan Aourid, Mani Ansar, Alain Weber, Perla Cohen, Mamou Daffé.
Sur la scène principale comme sur les scènes secondaires du festival, le grand public aura rendez-vous avec des artistes ayant un lien avec les thématiques du festival, à commencer par la marraine du festival, la chanteuse marocaine de renom Oum, et son parrain Aziz Sahmaoui.
Et pour concrétiser l’objectif de cette manifestation, le festival décline des axes d'échange entre le Maroc et l'Afrique subsaharienne. C’est dans ce contexte qu’intervient la caravane culturelle pour la paix, qui est un projet de coopération sahélo-transsaharien née de la volonté des trois festivals (Festival Taragalte du Maroc, Festival du désert et Festival sur le Niger au Mali)  de promouvoir le dialogue, la paix, la diversité culturelle, et la cohésion sociale au Sahel et dans le Sahara, mais aussi de développer et de valoriser les expressions culturelles et artistiques de l’Afrique, tout en encourageant les échanges culturels et la sensibilisation pour la protection de l’environnement; ce projet étant soutenu par la fondation Doen de Pays-Bas
 «La diversité culturelle, facteur de paix et de développement» et  «Femme, culture et développement » seront cette année des thématiques  essentielles traitées  par une pléiade de chercheurs(euses) et de spécialistes accueillis pour cette occasion, tels que Hassan Aourid, Saida Azizi, Ghita Khaldi, Manny Ansar, Alain Weber, Perla Cohen, Mamou Daffé, Sandrine le Cloz….Cette approche sera renforcée et soulignée tout au long du Festival avec une mise en lumière du partage et de l’expérience des femmes, notamment celles issues du projet Carpet of Life.
De nombreux pays (Algérie, France, Mali, Niger, Etat-Unis, Maroc, Mauritanie, Pays-Bas, Pologne, Canada,  etc.) seront représentés par des artisans, artistes, créateurs et spécialistes dans les domaines artistiques et culturels. Cette édition sera notamment marquée par la présence de figures artistiques emblématiques telles que Lalla Badi, Les Filles de Illighadad,  Ali FarkaTouré Band, Gabacho Maroc et Sahel Blues.
Une place importante sera accordée aux groupes populaires de la région (Gnaoua, Ahidous, Aqalal, Rokba et Chamra, etc.) dans le cadre du projet initié par le festival et soutenu par le fonds des ambassadeurs pour la préservation culturelle  de l’ambassade des Etats-Unis au Maroc, ainsi qu’aux jeunes talents (Jeunes de M’ hamid, Ajial Mhamid, Draâ Tribes, groupe Chigaga, Tarwa Teneré ) pour mettre en lumière et faire vivre les traditions ancestrales.
Le festival comprendra aussi un séjour d’échange entre des musiciens autochtones du Canada, Red Tail Spirit Singers et un groupe de jeunes musiciens de la région, Génération Taragalte. Les deux groupes collaboreront dans le cadre d’une résidence musicale de 5 jours en amont du Festival, une occasion unique pour les deux groupes de partager leur savoir-faire, leurs traditions et leur patrimoine culturel musical.

Mustapha Elouizi
Samedi 30 Septembre 2017

Lu 1020 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs