Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Calme précaire à Kinshasa et Lubumbashi avant des manifestations de l’opposition

L’arrêt de la discorde permettrait à Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat en décembre




La situation était calme jeudi matin à Kinshasa et Lubumbashi avant des manifestations annoncées de l'opposition pour dénoncer un récent arrêt de la Cour constitutionnelle permettant au président congolais Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat en décembre.
Le quartier administratif et huppé de la Gombe devant être traversé par les manifestants dans le nord de la capitale de la République démocratique du Congo avait des airs de week-end, selon des journalistes de l'AFP.
On n'y voyait pratiquement aucun écolier dans les rues vers 07h00 GMT. Comme souvent en pareil cas dans cette ville habituée aux violences à caractère politique, bien des parents ont choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l'école. Les transports en commun tournaient au ralenti et la circulation était particulièrement fluide.
La présence policière était visible mais relativement discrète. Quelques dizaines de manifestants commençaient à affluer vers 07h20 GMT au lieu de rassemblement proche du siège de partis d'opposition.
On ne pouvait pas capter la radio française RFI sur son canal habituel, mais on pouvait l'écouter sur la fréquence de Brazzaville, la capitale congolaise voisine.
Trois coalitions d'opposants à M. Kabila ont appelé à manifester jeudi dans toute la RDC pour dénoncer la décision rendue le 11 mai par la Cour constitutionnelle.
Cet arrêt autorise le chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2001, à rester en fonctions au-delà du 19 décembre si la présidentielle n'est pas organisée d'ici là, comme cela semble chaque jour un peu plus certain.
La Constitution interdit à M. Kabila de se représenter et l'opposition accuse le président depuis des mois de chercher à contourner la Loi fondamentale pour se maintenir à la tête du pays après 2016.
La marche de l'opposition a été autorisée à Kinshasa mais toutes les manifestations d'opposition ont été interdites à Lubumbashi (sud-est), la deuxième ville du pays, fief de l'opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle ayant quitté le pays vendredi après des ennuis judiciaires.
Elles ont été interdites également dans toute la province du Nord-Kivu (est). Une des coalitions appelant à manifester a exhorté mercredi la population à braver ces interdictions.
A Goma, capitale du Nord-Kivu, de nombreuses boutiques sont restées closes, et plusieurs écoles ont renvoyé les enfants chez eux alors que des véhicules remplis de policiers patrouillaient sur les grands axes, selon un journaliste de l'AFP.
A Lubumbashi, selon une équipe de l'AFP, la circulation était bien moindre qu'un jour normal. Nombre de boutiques étaient restées portes closes. Vers 07h30 GMT, plusieurs dizaines de policiers antiémeutes étaient déployés aux abords de la place de la Poste, dans le centre, où l'on ne voyait aucun manifestant.

Vendredi 27 Mai 2016

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs