Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bras de fer entre le directeur et les élèves : Du rififi au nouveau lycée qualifiant de Tafraout




Bras de fer entre le directeur et les élèves : Du rififi au nouveau lycée qualifiant de Tafraout
Les relations entre les élèves du nouveau  lycée qualifiant de Tafraout et le directeur de l'établissement ne sont plus au beau fixe. Ce dernier  vient   de leur interdire de faire entrer leurs vélos dans l'enceinte de l’établissement.  Une décision dont les lycéens n'ont compris ni les tenants, ni les aboutissants et qu'ils ont refusée d'emblée, vu que leur lycée se situe dans un lieu isolé sur la route du petit village de Tazkka.   Ce qui équivaudra pour eux à  exposer leurs bicyclettes au vol. Mais, ce n'est là que la goutte qui a fait déborder le vase ! En effet, dès  la rentrée scolaire, l'orage a commencé à couver entre les élèves et le premier responsable de leur lycée. Au fil du temps, la tension montait. La dernière "injonction de trop" a fait tourner la situation au vinaigre. Les choses ont donc pris une nouvelle tournure quand les élèves ont décidé de  boycotter les cours, décrétant ainsi une grève  illimitée.  
A partir  du  mardi 18 octobre,  chaque matin, ils tiennent sit-in dans la cour de récréation, jusqu'à 16h de l'après-midi. Histoire de mettre davantage de  pression sur les responsables, ils ont rédigé une pétition -dont Libé détient une copie- qui a déjà recueilli  470  signatures d'élèves (soit 98% de l'effectif total). Dans leur point de mire, le  directeur  du lycée dont ils réclament  la destitution immédiate.  Voilà qui est dit ! Au-dessus du local abritant les bureaux de l'administration, les élèves ont déployé une large banderole affichant en gros : «Dégage Si Hassan ».  Une condition sine qua non de la reprise des études. Mais le  brandon de la discorde alimentant cette contestation se trouve ailleurs. Au premier jour de la manifestation, les langues se sont déliées.  «Nous en avons ras-le-bol de cette attitude   hautaine dont fait preuve à notre égard  le directeur en  se plaisant  à jouer le  maître absolu ; nous en avons assez du ton intimidant et despotique  avec lequel il se plaît  à s'adresser aux apprenants. C'est de la provocation!. A tel point qu'on ne cesse de s'interroger : sommes-nous bien dans un lycée ou une maison de correction?», tonne un élève du Tronc commun en sit-in dans la cour ce  premier jour de manif.   « Ces méthodes qu'on croyait révolues, ont-elles   jamais contribué   à  l'épanouissement de l'élève ? Elles  incitent  plutôt à l'agressivité ! Ne dit-on pas que la pression engendre l'explosion? », s'exclame Saïd,  son camarade. « Ce genre de méthode éducative cultive la violence. Il y a de quoi  s'alarmer», renchérit,   indignée, une lycéens,  en  brandissant une banderole sur laquelle est inscrit : "Halte à l'humiliation! Haro sur   l'oppression".  
Pour les lycéens,  le directeur a tort de voir en  tous les élèves des ennemis, des subversifs, des effrontés  et des chahuteurs bons à terroriser  pour mieux les mater. «Comment peut-on travailler dans une telle atmosphère conflictuelle démotivante », s'écrie un autre élève en 1ère année du bac. Il  reproche également au directeur son refus d'ouvrir les portes de la salle informatique aux élèves pour leur pemettre d’accéder à l'Internet dont l'usage est désormais d'une nécessité absolue pour les apprenants.  Idem pour la bibliothèque qui est si vitale pour le développement de la lecture.
Pis, ajoutent les protestataires, ledit directeur semble non seulement hostile à la lecture, mais aussi au théâtre …et à toutes les autres activités d'animation  parascolaires.  Bref, ironisent les élèves, c’est une illustration d'une gestion parfaitement au diapason de « l'école de réussite » lancée  par   les initiateurs du programme d'urgence.        
Voulant recueillir la version  du directeur,  nous avons trouvé porte close. Toutefois, selon une source proche de la délégation,  le responsable en question   nie en bloc toutes les accusations des élèves.   Et pour  expliquer sa décision de fermer la bibliothèque et la salle informatique, il argue le manque de personnel  chargé de leur gestion.  
Les élèves ayant multiplié leurs sit-in et demandé l'intervention du délégué, une  commission a été diligentée par la délégation du MEN de Tiznit  vendredi 22 octobre.   Sa première mission a été de faire en sorte que  les deux parties en conflit  cessent  de souffler sur les braises de la discorde.    
Après une journée d'enquête et d'écoute, un deal a été trouvé. La commission a convaincu les lycéens de sursoir temporairement à leur requête relative à la destitution du directeur de ses fonctions. Elle leur a demandé de patienter deux semaines, le temps de soumettre le résultat de son  enquête à la hiérarchie au niveau de l'Académie du MEN à Agadir. Entre-temps, les attributions du  directeur seront transférées provisoirement au censeur ou à la personne qui en tient lieu.  Pour leur part, les élèves ont pris la décision de reprendre leurs cours mais de rester vigilants. Mieux, « des réunions seront incessamment tenues entre les élèves et leurs enseignants  pour préparer des activités culturelles. Des professeurs se porteront volontaires pour assurer la gestion des espaces fermés.  En plus, une large campagne de ramassage de sacs en plastique et autres ordures sera organisée dans les prochains jours par tous les lycéens », nous a annoncé une élève ayant participé à la réunion avec la commission de la délégation de Tiznit. Affaire à suivre.  

IDRISS OUCHAGOUR
Vendredi 28 Octobre 2011

Lu 831 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs