Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Brahim Ghali appelé à comparaître devant la justice espagnole

Le chef des séparatistes poursuivi pour crimes contre l’humanité, torture, génocide et séquestration




La plus haute instance juridique espagnole, l’Audience nationale, a décidé, hier mardi, la réouverture du dossier du chef du Polisario,  poursuivi pour génocide, crimes contre l’humanité et autres délits. Suite à  cette décision, «la justice espagnole  convoque le nommé Brahim Ghali à comparaître devant l’Audience nationale, le 19 novembre, date prévue de la visite de celui-ci en Catalogne (ndlr) en sa qualité d’accusé dans le cadre de la poursuite judiciaire ouverte après la plainte déposée en 2007 contre lui et d’autres membres du Polisario accusés de crimes contre l’humanité, torture, génocide et séquestration ».
La police espagnole est chargée d’entamer les procédures nécessaires pour informer Brahim Ghali de sa convocation devant le juge d’instruction près le tribunal n°5 à l’Audience nationale, et ce à la date du 19 novembre indiquée ci-dessus. Elle est également chargée de lui remettre une copie de la plainte déposée contre lui.
Dans une précédente édition, Libé avait indiqué que le juge, près l’Audience nationale, José de Mata ayant appris la visite prochaine de Brahim Ghali à Barcelone pour y assister à une conférence, a donné, dernièrement, ses instructions à la police espagnole en vue de lui fournir des informations détaillées sur l’identité de l’accusé et  de s’assurer qu’il s’agit bien du  même individu contre lequel des plaintes ont été déposées pour crimes contre l’humanité, génocide, tortures et autres délits contre les habitants des camps de Tindouf.
Dans ce contexte, une marche a été organisée à Saragosse, dans le nord-est  de l’Espagne, en solidarité avec les  habitants des camps.
Organisée par l’Association Oued Eddahab-Lagouira, la marche a sillonné les rues de Saragosse brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des slogans dénonçant la situation catastrophique que vivent les habitants des camps. Dans un communiqué, les participants à la marche qui appartiennent à des associations marocaines, espagnoles et sud-américaines, appellent à trouver une solution définitive  au conflit artificiel autour du Sahara marocain, sur la base de l’autonomie proposée par le Maroc et que la communauté internationale a qualifiée  de crédible.
Les participants ont, également, demandé à l’Organisation des Nations unies d’adopter une position neutre et invité l’envoyé de l’ONU à rester  impartial et à s’abstenir de  toute intervention directe ou indirecte visant à imposer une solution unilatérale.
Le communiqué a souligné que cette marche s’inscrit dans le cadre des activités de l’association visant à informer l’opinion publique du développement que connaissent les provinces du Sud et de la position juste du Maroc concernant son intégrité territoriale.

Ahmadou El-Katab
Jeudi 17 Novembre 2016

Lu 1024 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs