Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boulif, cet improbable personnage

La jeunesse marocaine en débandable, selon le ministre qui charge l’Etat, la société…




Quid de ce PJD qui mène le gouvernement ?

Boulif, cet improbable personnage
«Nous allons faire …» semble être la devise que le gouvernement Benkirane a fait sienne suite au récent drame du Complexe Mohammed V de Casablanca.  En effet, l’Exécutif, en la personne du ministre de la Jeunesse et des Sports,  n’a pas trouvé mieux que d’annoncer une série de mesures  relatives à la lutte contre la violence dans les stades impossibles à mettre en pratique à court terme puisqu’elles seraient encore en cours d’élaboration.
Selon un communiqué du département de Lahcen Sekkouri, «un cahier de charges est en cours d'élaboration pour l'entame des procédures en vigueur concernant la réalisation et l’installation des nouvelles technologies dans les stades (caméras-surveillance, tourniquets, billetterie, sièges numérotés)» ainsi qu’«une étude est en cours pour l'élaboration d'une stratégie nationale de communication visant à sensibiliser à la gravité du phénomène de la violence dans les stades de sport». Les stades auront donc largement le temps de faire d’autres victimes entretemps.
De son côté,  Mohamed Najib Boulif, ministre délégué auprès du ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, chargé du Transport, n’a pas trouvé mieux que de condamner le hooliganisme et d’appeler à la dissolution des ultras qu’il n’a pas hésité à qualifier  de réseaux du crime organisé puisqu’ils sont bien structurés et  disposent d’armes blanches. Pour lui, le phénomène du hooliganisme dans les stades est  devenu «une maladie mortelle» qui gangrène la jeunesse marocaine autant que la drogue et l’alcool.  Les jeunes sont devenus, selon lui, les victimes expiatoires du vide spirituel et passent leur temps sur les terrasses des cafés.
Mais face à ce sombre tableau brossé par le ministre pjdiste, qu’a fait le gouvernement Benkirane ? Qu’en est-il de sa «Stratégie nationale intégrée de la Jeunesse» qui devrait mettre en  place des mécanismes pour permettre aux jeunes d’être au centre des politiques publiques ? Qu’en est-il de ses 62 mesures d’urgence à l’horizon 2016 et des 75 mesures complémentaires qui devraient être réalisées à l’horizon 2020 ? Qu’en est-il encore de  la promotion des mécanismes d’auto-emploi, la création et l’adoption de «La carte du jeune» qui offre à cette frange de la population des avantages et services à bas coûts, ainsi que de la création d’espaces de proximité pour l’encadrement, l’orientation et le développement des compétences jeunes ? Qu’est-il advenu enfin du dialogue national sur la jeunesse initié en 2012?
Ni Mohamed Najib Boulif ni Lahcen Sekkouri ne pipent mot.
Que les jeunes Marocains s’entretuent ou qu’ils crèvent, qu’il y ait des morts ou des blessés graves, peu importe.  Le sort de la jeunesse marocaine est le cadet des soucis du gouvernement Benkirane. Même constat désespérant pour ceux qui perdent quotidiennement la vie dans l’indifférence totale en Syrie et en Irak sans parler de ceux qui crèvent en Grèce ou sur les routes des Balkans ou encore de ceux qui se consument à petit feu à cause du chômage, de l’indifférence et de la prévarication.
Les morts de samedi dernier ne sont que la partie visible de l’iceberg. Le ver est dans le fruit comme en témoigne le nombre considérable de jeunes au  chômage et le nombre encore plus important des inactifs échaudés par une éternelle quête d’emploi qui n’aboutit jamais. Le taux de chômage parmi les Marocains âgés de 15 à 24 ans continue de s'aggraver, atteignant 20,8% en 2015 contre 20,1% en 2014. Celui  des personnes n’ayant aucun diplôme est quant à lui passé de 4,7% à 4,1% mais celui des diplômés chômeurs, par contre, a légèrement augmenté, passant de 17,2% à 17,3% et atteint même 24,4% au niveau des lauréats des facultés. Enfin, le taux des jeunes âgés de 15 à 24 ans qui n’ont ni emploi, ni éducation, ni formation représente 27,9% au niveau national dont  45,1% parmi les jeunes femmes et 11,4% parmi les jeunes hommes. Plus précisément, il est de 15% parmi les jeunes âgés de 15 à 17 ans et de 34,4% parmi ceux dont l’âge se situe entre 18 et 24 ans.
Ces jeunes souffrent également au niveau de leur santé et de leur bien-être. Selon un document du ministre de la Santé relatif à la santé scolaire et universitaire et à la promotion de la santé des jeunes,  16% des élèves de 13 à 15 ans sont des fumeurs, 6% d’entre eux consomment des boissons alcoolisées, 4% s’adonnent à la drogue et 14% ont fait des tentatives de suicide une ou plusieurs fois. Les chiffres de ce département indiquent également que 15% de jeunes souffrent de surpoids, 82% sont inactifs physiquement et 30% ont été victimes de violences. D’autant plus que  48,9% des 15 ans et plus souffrent de troubles mentaux tels que l’insomnie, l’anxiété et la dépression. La moitié des cas se révèle à l’âge de 14 ans.
Un constat des plus alarmants puisque  les jeunes de 15 à 29 ans représentent aujourd’hui environ 30% de la population totale du pays, avec un effectif global de plus de 8,4 millions de personnes et 44% de la population en âge de travailler. En effet, ces jeunes  sont plus susceptibles d’échouer à l’école, de s’absenter, d’avoir de moins bonnes moyennes pondérées cumulatives, de décrocher et de ne pas terminer leur cursus scolaire. Au lieu de se contenter de ses sempiternels effets d’annonce, le gouvernement devrait retrousser ses manches pour chercher des solutions à ce drame national.

Hassan Bentaleb
Jeudi 24 Mars 2016

Lu 1605 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs