Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boko Haram multiplie les tueries

Ses attaques ont augmenté en nombre et en intensité




Boko Haram multiplie les tueries
Des "centaines" de morts et des villages rasés mardi, des hommes armés qui tirent dans la foule mercredi et abattent 45 personnes : les massacres attribués aux islamistes de Boko Haram se succèdent ces dernières 48 heures dans le nord-est du Nigeria.
Responsables locaux et habitants ont affirmé jeudi que des centaines de personnes avaient péri lorsque des hommes lourdement armés, portant des tenues militaires, ont entièrement détruit mardi soir les villages de Goshe, d'Attagara, d'Agapalwa et d'Aganjara, dans l'Etat de Borno (nord-est). Selon des chefs locaux, entre 400 et 500 personnes ont été tuées.
Ce bilan n'a pas été confirmé par les autorités. S'il se confirme, ce sera l'un des plus lourds depuis depuis le début de l'insurrection islamiste en 2009, qui a déjà fait plus de 2.000 morts cette année.
 "Personne ne peut atteindre cet endroit, où les insurgés se trouvent toujours. Ils ont pris le contrôle de toute cette zone", a déclaré Peter Biye, un député de la région. "Des corps jonchent toute la zone et les gens ont fui".
 Début mai, un massacre similaire avait fait plus de 300 morts à Gamboru Ngala, une ville de la région.
 Mercredi soir, une nouvelle tuerie a coûté la vie à 45 Nigérians en périphérie de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, berceau de l'insurrection islamiste, ont indiqué jeudi deux habitants.
Des villageois s'étaient rassemblés à Barderi pour écouter des hommes se faisant passer pour des prédicateurs itinérants, dans le nord du Nigeria majoritairement musulman, lorsque des hommes armés sont alors "sortis de nulle part" et ont tiré sur la foule, a raconté Mallam Bunu, un survivant. "J'ai compté 45 corps". 
 Autre survivant, Kallamu Bukar a également décrit des hommes "déguisés en prédicateurs" rejoints ensuite par des hommes armés, qui "ont aussi mis le feu à plusieurs maisons et boutiques".
 Boko Haram est également soupçonné d'avoir tiré jeudi sur un barrage de l'armée et incendié une église catholique et un bâtiment gouvernemental dans la ville de Madagali (nord-est, Etat d'Adamawa), à seulement 25 km du district de Gwoza où a eu lieu le massacre de mardi, a dit le chef de la localité, Maina Ularamu.
 Ce dernier a dit ne pas avoir connaissance de victimes, mais, selon un témoin, deux civils ont péri, pris entre l'armée et les assaillants.
D'autre part, quatre personnes ont été tuées jeudi dans l'explosion d'un véhicule piégé devant la résidence du gouverneur de l'Etat de Gombe (nord-est), capitale de l'Etat du même nom, a annoncé à l'AFP une source gouvernementale.
Dans le district de Gwoza, où se trouvent les quatre villages attaqués mardi, la situation demeurait critique. 
"Des centaines de cadavres gisent là (...) parce que personne ne peut aller les enterrer", a déclaré un chef local ayant requis l'anonymat. 

AFP
Samedi 7 Juin 2014

Lu 322 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs