Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bloquée par le gouvernement et la CGEM : L’indemnité pour perte d’emploi renvoyée aux calendes grecques




Bloquée par le gouvernement  et la CGEM : L’indemnité pour perte d’emploi renvoyée aux calendes grecques
L’indemnité pour perte d’emploi (IPE) ne verra pas le jour de sitôt. Le gouvernement Benkirane continue en effet de la bloquer en refusant de mettre la main à la poche.  Ni la loi de Finances qui expirera dans quelques jours, ni  celle de 2013 ne portent trace de quelque volonté du ministère des Finances d’affecter les 250 millions de DH qui devraient servir de fonds  pour le lancement de cette prestation inscrite dans le Code du travail depuis 2004.
Si les syndicats ont depuis lors fait des mains et des pieds pour la mettre en application, le gouvernement et la CGEM ont préféré tergiverser. Le patronat justifiant sa position par une volonté de donner du temps au temps pour avoir plus de visibilité sur d’autres dossiers. Notamment ceux de la taxe de la solidarité et de la retraite et les charges qu’ils représenteront pour la Trésorerie de l’entreprise. Il n’est pas sans rappeler que les syndicats et le patronat sont parvenus à un accord  concernant leur contribution à cette prestation, à savoir 0,19% à la charge des salariés et 0,38% pour le patronat. C’est dire que ce dossier reste soumis au Conseil d’administration de la CNSS où les trois parties sont représentées.
Quant au gouvernement, il n’a donné aucune explication concernant sa position.  Aussi nous ne pouvons que nous perdre en conjectures. Avec pour seul fil conducteur, le caractère antisocial des nombreuses mesures qu’il a prises de manière unilatérale depuis son investiture.
De ce fait, en quoi aurait consisté cette indemnité que ni lui ni le patronat ne veulent voir naître à des conditions qui ne grèveraient pas outre-mesure la portion congrue qui sert de salaire à la majorité des travailleurs?
Cette indemnité qui s'inscrit dans le cadre de l'accompagnement aussi bien du salarié mis en chômage pour des raisons à l’insu de sa volonté que des entreprises en difficulté  serait équivalente à 70% du salaire de référence et ne devrait pas dépasser le SMIG. Elle serait accordée pour une durée de six mois.
Pour pouvoir bénéficier de cette indemnité, les salariés devraient justifier de 780 jours de cotisations dont 216 durant la dernière année avant la perte d’emploi.

LARBI BOUHAMIDA
Vendredi 21 Décembre 2012

Lu 853 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs