Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane repart dans ses piètres objurgations

Hommes politiques, médecins internes et résidents, partisans de la parité… tout le monde en a pour son grade





Benkirane entame l’année 2016 sous le signe des désaccords. Il a même sorti ses armes lourdes et tiré à l’aveuglette sur tout ce qui bouge. Politiciens, partis politiques,  médecins résidents et internes qui viennent de suspendre leur mouvement de grève, simples citoyens réclamant la suppression des pensions de retraite des parlementaires et des ministres   et défenseurs des droits des femmes, tous ont eu droit à des critiques acerbes de la part du chef du gouvernement.   
Pour lui, les hommes politiques sont mal aimés aujourd’hui puisque les citoyens pensent qu’ils ne sont là que pour se disputer les postes de responsabilité et faire tomber ceux qui les  occupent déjà. Les Pjdistes font évidemment l’exception puisqu’ils seraient au-dessus de tout soupçon : ils ne sont pas tentés par des intérêts personnels et ils font de la politique dans le respect du référentiel islamiste. A preuve, estime Benkirane, la gestion gouvernementale de la chose publique qui a permis aux citoyens de différencier entre ceux qui courent après les postes et les privilèges et ceux qui sont au service du peuple et de ses intérêts. Mieux, les résultats des élections du 4 septembre dernier ont prouvé que la société marocaine cautionnait le travail du parti de la Lampe. « Jamais arrivé dans l’histoire contemporaine du Maroc, un parti politique majoritaire n’a raflé la mise comme le PDJ », a-t-il lancé à ses ouailles réunies samedi dernier dans la commune de Siti Fadma dans la région du Haouz. Mais qu’en est-il  de la nomination au sein des cabinets ministériels et des hautes fonctions de Pjdistes ou de personnalités qui tournent dans leur giron ? Qu’en est-il aussi des déclarations  de Mohamed Saâd Alami, ex-ministre des Relations avec le Parlement  accusant les députés du PJD d’user des questions écrites  comme moyen d'intermédiation pour obtenir des privilèges pour le compte de particuliers ?
Comme à l’accoutumée, le secrétaire général du PJD n’a pas raté l’occasion de s’attaquer à son ennemi juré le PAM. Ce dernier a été accusé d’utiliser les mêmes méthodes de travail que Ben Ali, le président tunisien déchu ; à savoir le développement, l’oppression et la propagande. Des attaques qui surviennent quelques jours avant l’attaque d’Ilyas El Omari, secrétaire général adjoint du PAM, accusé par Benkirane d’accumuler des richesses sur le dos des démunis. Pis, lors de la tenue du congrès de l’Union nationale des travailleurs marocains (UNTM), les 26 et 27 décembre dernier, le chef du gouvernement a qualifié d’obscurantiste le projet médiatique d’El Omari et déclaré qu’il était voué à l’échec puisqu’il a été lancé en vue de dominer et  de contrôler les  Marocains.
Les citoyens ayant participé à la campagne pour la suppression des pensions de retraite des parlementaires et des ministres ont écopé de leur lot de critiques acerbes.  Pour le chef du gouvernement, cette question doit être traitée avec prudence et loin de toute surenchère. Pis, il estime, lui adepte de  la théorie  du complot et de la cinquième colonne,  que le débat sur le sujet a été lancé par  certaines parties afin de dévier le débat sur les vrais questions et problèmes de l’heure. Une manière de se défausser de ses responsabilités et de faire taire les critiques qui ne cessent de s’étendre, fût-ce au sein de son propre parti. 
D’après lui, les choses sont simples puisque ces pensions sont le fruit d’un accord signé entre le Parlement et une société privée et financé en partie par des prélèvements des indemnités perçues par les parlementaires. Et c’est à ces  derniers de trancher cette question. Le chef du gouvernement est allé plus loin encore en estimant que le budget de l’Etat dédié aux retraites des ministres ne dépassait pas les 24 millions de DH par an au profit de 113 personnes. 
Les médecins résidents et internes n’ont pas été épargnés n’ont plus. Benkirane a reproché à ces derniers d’avoir entamé un débrayage de 82 jours pour une modique somme de 3.000 DH alors qu’ils sont investis, précise-t-il, de la noble mission qui consiste à soigner les malades. Des propos qui ont laissé perplexe plus d’un. Ceci d’autant plus que si ces sommes sont si dérisoires, pourquoi le gouvernement a-t-il préféré jouer aux durs et refusé catégoriquement de débloquer les soi-disant sommes modiques gelées depuis 2007.
Last but not least, les tirs de Benkirane ont également atteint les féministes et les défenseurs des droits de la femme. Intervenant lors d’une journée d’étude du comité de la parité et de l’égalité des chances de son parti, il a considéré que la question de la parité homme-femme est véhiculée en force par certaines parties qu’il n’a pas nommées. Et que cette question a pris des proportions qui ont dépassé sa dimension réelle.    A ce propos, il a appelé les femmes de son parti à être conscientes des enjeux d’une telle problématique qui peut conduire la société marocaine vers des catastrophes. Des propos qui ne peuvent qu’en dire long sur le sort du projet de loi portant création de l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination, dont la préparation a été confiée au ministère de la Solidarité et de la Famille dirigé par la Pjdiste Bassima Hakkaoui.
 

Hassan Bentaleb
Mardi 5 Janvier 2016

Lu 1264 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 04/01/2016 20:16
Dites, c'est quoi '' objurgations '' , baêda ?
Nos cadres du Ministère vont devoir ouvrir le dico, comme moi ! Lol ...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs