Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane doit partir !








Pour l’USFP, la seule issue pour sortir de la crise politique est le départ de Benkirane et de son gouvernement ainsi que l’organisation d’élections anticipées



Benkirane doit partir !
«Le Maroc se dirige vers l’inconnu». C’est avec une telle affirmation que le président de la Commission administrative nationale, Habib El Malki, a ouvert les travaux de son 7ème session ordinaire tenue samedi dernier au siège central du parti à Rabat. 
«Notre ambition est que l’USFP devienne une force importante de l’échiquier politique pour faire face aux dangers multiples qui menacent aujourd’hui notre pays, surtout que le gouvernement et son chef tentent de mettre en œuvre un projet visant à vider les institutions de leur substance, et à œuvrer à ce que l’action politique devienne farfelue et absurde», a martelé Habib El Malki. Et d’ajouter: «Nous vivons une situation aberrante alors que le Maroc est à la veille d’une élection qui va marquer une nouvelle étape. Il appert de tout cela que le gouvernement est devenu, à vrai dire, un danger réel pour la stabilité du pays et ses équilibres sociaux. Il nous mène vers l’inconnu». Après avoir brossé ce tableau noir de la situation politique et sociale du Maroc, le président de la Commission administrative nationale a exhorté les membres de celle-ci à «prendre, avec responsabilité et aussi avec audace, les positions nécessaires dans le cadre de notre vision prospective de la société marocaine».
Quelle position nécessaire pour faire face aux multiples dérapages du gouvernement Benkirane? Comment sauver le pays qui frôle l’abime?
Le rapport du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, présenté devant les membres du  Parlement  du parti, a donné des éléments de réponse à ces questions: le chef du gouvernement doit présenter sa démission à S.M le Roi et organiser des élections législatives anticipées.
«C’est notre message au chef de la majorité gouvernementale, tout en espérant qu’il place l’intérêt du pays au-dessus de celui de son parti, et qu’il comprend le bien-fondé de ce conseil avant qu’il ne soit trop tard», a lancé Driss Lachguar. 
Cette proposition n’a pas été lancée à la légère, mais elle découle d’une analyse minutieuse de la situation «désolante» à tous les niveaux, politique, économique et social, ce qui prouve, selon le Premier secrétaire de l’USFP, que le gouvernement présidé par le PJD, est incapable de gérer les affaires de l’Etat.
« Ce gouvernement est incapable  d’assimiler les dispositions de la Constitution, de bien gérer le temps politique, produire les projets de loi, gérer et institutionnaliser le dialogue civil et social, et de se comporter convenablement avec l’opposition parlementaire », a-t-il souligné.
Le Premier secrétaire a également affirmé que le parti de la Rose avait,  à maintes reprises, réitéré au début de l’expérience du gouvernement pjdiste le fait que l’USFP allait, en tant que parti démocratique, assumer son rôle d’opposition constructive et qu’il souhaitait plein succès à ce gouvernement qui doit mener son mandat à terme avant de retourner au verdict des urnes. 
Après presque quatre ans à la tête du gouvernement, la déception est à son paroxysme. D’après le Premier secrétaire de l’USFP, plusieurs indices l’expliquent. 
Le plus apparent est la décision des centrales syndicales les plus représentatives de boycotter les défilés du 1er Mai, une première depuis 60 ans. «Après avoir tourné la page des années de plomb et des politiques d’oppression, de tension et des méthodes de tyrannie et d’exclusion, nous vivons aujourd’hui un événement exceptionnel, car des centrales syndicales ont pris une décision historique qu’elles n’ont jamais été contraintes de prendre durant leur parcours militant», a expliqué le Premier secrétaire de l’USFP. Et de préciser : «Quand le mouvement syndical boycotte les festivités du 1er Mai, c’est qu’il n’a pas trouvé d’autre moyen pour protester contre le comportement antidémocratique du gouvernement, et contre le démantèlement des acquis du dialogue social ».
Selon Driss Lachguar, l’attitude antidémocratique du gouvernement envers les centrales syndicales est identique à celle qu’il obsesrve à l’égard des partis de l’opposition en ce qui concerne la préparation des lois réglementant les prochaines élections. La même méthodologie a été adoptée par le gouvernement pjdiste avec la société civile dans la préparation d’autres lois comme l’avant-projet de Code pénal, ou ceux concernant les motions en matière législative et les pétitions présentées aux pouvoirs publics, ou les lois de la presse et de l’édition.
La question qui s’impose : que faire face à un gouvernement qui fait montre de son incapacité et qui, de surcroit, se comporte d’une manière antidémocratique avec toutes les composantes de la société politique et civile (partis de l’opposition, syndicats, associations de la société civile…) ? «Est-ce qu’on va s’armer de patience et attendre le verdict des élections législatives dont la méthodologie de préparation est douteuse ou bien utiliser les règles juridiques et les mécanismes démocratiques pour mettre fin à cette absurdité dangereuse qui se manifeste dans l’incapacité de gestion, le gaspillage du temps politique, la tendance antidémocratique et les scandales pjdistes honteux?». La seule issue pour sortir de la crise politique est le départ de Benkirane et de son gouvernement ainsi que l’organisation d’élections anticipées. C’est l’option qui a été unanimement votée par les membres de la Commission administrative nationale. Cette même décision a été également votée à l’unanimité par les membres du Conseil national.
 

Mourad Tabet
Lundi 4 Mai 2015

Lu 1151 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs