Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane au pays des hommes




Benkirane au pays des hommes
Pas de place pour les femmes dans le plus beau pays du monde. Le nôtre bien sûr. C’est le chef du gouvernement himself qui le pense tellement fort que sa langue a fourché dimanche soir sur la scène du Théâtre Mohammed V. N’intentons pas un procès en sorcellerie à Abdelilah Benkirane. Ce n’est pas parce qu’il est leader islamiste qu’il  est misogyne. Bassima Haqqaoui, la voilée du gouvernement, en témoigne, des trémolos dans la voix, la larme au coin de l’œil,  la reconnaissance éternelle. C’est grâce à «Si» Abdelilah qu’elle est au gouvernement, en djellaba et foulard. Mais ne nous égarons pas. Notre Benkirane national donc a assisté dimanche dernier à l’hommage rendu à l’homme de théâtre Mohamed Hassan El Joundy,  dans le cadre du 3ème Festival artistique du «Maroc du Madih» qu’organise le Mouvement unicité et réforme, le bras religieux et la conscience rigoriste du parti de M. Benkirane. Tout cela sent bien évidemment l’art propre, version halal mais ceci est une autre histoire. Ce dimanche, Abdelilah Benkirane monte sur scène. Il est censé dire deux, trois phrases consacrées, histoire de rendre hommage à El Joundy, genre c’est le plus grand, le meilleur, celui qui a dédié sa vie aux planches, etc, etc.  C’est mal connaître le chef du gouvernement. Il parle brièvement d’El Joundy, «ce géant», procède à un réquisitoire  contre la falsification dans le domaine artistique. Il finit  solennel et péremptoire sur un « Maroc est un pays d’hommes et quelle que soit la falsification, ils resteront des hommes ». Le Maroc que nous promettent M. Benkirane et ses ouailles islamistes est un pays sans femmes. Parce que ce sont les hommes qui, dans le projet de société que tentent de vendre Si Abdelilah et les siens, façonnent une nation, une vraie. Ce dimanche soir, au Théâtre national Mohammed V de Rabat, ce n’était pas «Alice au pays des merveilles» mais «Benkirane au pays des hommes». Interdit aux femmes, comme au hammam. Ce n’est pas Si Abdelilah qui faisait référence aux disputes de femmes au hammam ?

Narjis Rerhaye
Mercredi 6 Février 2013

Lu 2735 fois


1.Posté par T.Widad le 17/02/2013 10:25
Hahahah qu'attendez vous de celui-là??relancer l'activité économique et sociale ou bien être pris par ses affaires féminines :D Hélas!! Mon pays

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs