Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane à l’heure du bilan : L’enseignement agonise

L’enseignement fut le temps d’un mandat victime d’une politique néolibérale sauvage, que sous-tend un discours moralisateur




Que pourraient encore attendre les citoyens marocains d’un gouvernement comme celui de Benkirane ? Tous les micros-trottoirs crédibles font état d’une déception totale. Un pays qui a souffert de tant d’années d’ajustement structurel devait en fait entrer immanquablement à l’ère de  l’ajustement social. En vain, les efforts déployés par le gouvernement El Youssoufi se sont volatilisés.
En 2014, soit plus de deux ans après l’arrivée du gouvernement Benkirane, un rapport mondial de suivi de l’éducation publié par l’Unesco avait établi un classement qui situait le Maroc au 143ème rang sur 164 pays.
L’enseignement, secteur primordial pour l’ascension sociale de beaucoup de Marocains fut, le temps d’un mandat, victime d’une politique néolibérale sauvage, que sous-tend un discours moralisateur. Le nombre d’écoles publiques ayant fermé au cours de  cette période est sans pareil. On a ainsi laissé le citoyen lambda dans un embarras manifeste, ballotté entre un service public de mauvais aloi et un secteur privé d’une rapacité sans précédent.
Benkirane n’a pu résoudre l’équation essentielle ayant trait au droit constitutionnel relatif à l’égalité de tous les citoyens marocains, d’une part, et la double sinon la triple vitesse du secteur de l’éducation au Maroc, d’autre part. Preuve à l’appui, les rapports et chiffres de l’Unesco font état d’une discrimination inqualifiable et d’une inégalité incommensurable. Si l’on ajoute les attaques bien calculées dont les enseignants de l’école publique sont victimes, nous pouvons mesurer l’ampleur des  répercussions qui en découlent.
On a engagé à dessein un bras de fer avec les enseignants stagiaires, pour les contraindre à être sous la coupe d’un secteur privé non structuré et surtout en manque d’éthique. A cause de cette myopie politicienne, l’on est face à un déficit de pas moins de 30.000 personnes dans le secteur. Une reproduction des mêmes structures sociales et une paupérisation sans fin des classes démunies et défavorisées. A qui incombe la responsabilité ?
Il suffit aujourd’hui de se rendre dans la plus proche école publique pour s’apercevoir que le secteur agonise en silence. Le sureffectif, avec plus de 50 élèves par classe et le manque de moyens et d’outils pédagogiques pour assumer la mission d’enseignant, font qu’une large frange des générations  actuelles se trouve menacée d’exclusion du tissu social et économique. Conséquence: déviances et délinquances dans des quartiers populaires parmi les jeunes démunis et défavorisés.
Tout cela survient à cause de l’inertie du gouvernement. Aucune action concrète en faveur des gens qui ont cru, un jour, aux slogans lénifiants d’une déclaration gouvernementale, restée lettre morte n’ayant pu franchir le seuil de l’enceinte de la Coupole. Et l’on ose, après tout cela, aller vers le peuple quémander un nouveau mandat !

Nouri Zyad
Samedi 24 Septembre 2016

Lu 796 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | Le temps d’une campagne | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma