Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bataille rangée pour la succession de Cameron

La ministre de l’Intérieur Theresa May fait figure de favorite




La bataille pour la succession de David Cameron à la tête du Parti conservateur a débuté officiellement ce jeudi, date limite du dépôt des candidatures.
L'ancien maire de Londres Boris Johnson, chef de file du camp favorable au Brexit, et la ministre de l'Intérieur Theresa May font pour le moment figure de favoris aux yeux des bookmakers pour remplacer le Premier ministre britannique, qui a annoncé qu'il démissionnerait en septembre.
Premier choix des adhérents conservateurs qui sont 36% à la soutenir selon un sondage du quotidien The Times, Theresa May a lancé sa candidature jeudi, promettant de respecter le verdict du référendum en dépit du soutien qu'elle avait apporté à la campagne en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union.
"Brexit, cela veut dire Brexit", a déclaré la ministre. "La campagne a été disputée, le scrutin s'est tenu et le public a rendu sa décision", a-t-elle poursuivi, tout en indiquant qu'il ne fallait pas activer la procédure de sortie avant la fin de l'année.
Parmi les autres candidats à s'être déclarés, figure le ministre de la Justice Michael Gove, partisan du Brexit et adversaire déclaré de Boris Johnson qui n'a selon lui pas les capacités de diriger le pays.
L'ancien maire de Londres est soutenu par 27% des adhérents, selon le sondage du Times, suivi par la ministre du Département de l'Energie Andrea Leadsom et de Stephen Crabb, ministre du Travail, à égalité (7%).
Stephen Crabb a annoncé sa candidature mercredi et Andrea Leadsom a fait de même, jeudi sur Twitter.
Sur l'ensemble des candidats en lice, deux seulement seront retenus par les députés tories et soumis au vote des membres du Parti conservateur.
Dans le cas de figure où elle serait opposée à Johnson, May serait soutenue par 55% des membres du Parti conservateur contre 38% pour ce dernier, précise le sondage YouGov.
La ministre se décrit comme le porte-drapeau des Britanniques ordinaires, et affirme qu'elle est plus à même de comprendre leurs vies que son concurrent, élève de la prestigieuse école d'Eton et issu de la haute bourgeoisie.
Theresa May a prôné le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne mais a été moins présente dans la campagne que David Cameron et son ministre des Finances, George Osborne, dont les espoirs de prendre la tête du Parti Tory ont volé en éclats après la victoire du Brexit.
Côté travailliste, la députée Angela Eagle devait annoncer hier qu'elle comptait briguer la direction du Labour, dont l'actuel chef Jeremy Corbyn est fortement contesté depuis le référendum, certains lui reprochant de ne pas avoir fait suffisamment campagne en faveur du "maintien".
Celui-ci a exclu de démissionner, soulignant qu'il a été élu l'an dernier par la base du parti d'opposition.

Vendredi 1 Juillet 2016

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs