Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Barack Obama exhorte les Palestiniens et Israéliens à la paix sans tracer de voie


La colonisation, principal obstacle à une solution



Barack Obama exhorte les Palestiniens et Israéliens à la paix sans tracer de voie
Le président américain Barack Obama a exhorté Israël et les Palestiniens à avancer vers la paix, insistant sur les forces de l'Etat hébreu et la solidité de l'alliance avec les Etats-Unis, sans toutefois tracer de voie pour parvenir à une solution à deux Etats.
Dans un discours vibrant à des centaines de jeunes Israéliens à Jérusalem, M. Obama a réitéré ses engagements à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et son appel au départ du président syrien Bachar Al-Assad.
Le guide suprême d'Iran Ali Khamenei s'est dit jeudi, pour la première fois, "pas opposé" à un dialogue direct avec Washington sur la question du programme nucléaire controversé de Téhéran, tout en menaçant de "réduire en poussière Tel-Aviv et Haïfa" en cas d'attaque israélienne.
Revenant sur le conflit en Syrie voisine, M. Obama a martelé: "Assad doit partir pour que l'avenir de la Syrie puisse commencer". Le président a aussi mis une nouvelle fois le régime de Damas en garde contre "l'utilisation d'armes chimiques contre le peuple syrien ou leur transfert à des groupes terroristes".
Il a également appelé jeudi la communauté internationale à classer le Hezbollah chiite libanais, allié de Téhéran et de Damas, comme "organisation terroriste".
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a remercié M. Obama pour son "soutien sans réserve à l'Etat d'Israël" tandis que le président palestinien Mahmoud Abbas s'est félicité d'un discours stipulant que "la réalisation de la paix et l'option de deux Etats sur les frontières de 1967 (était) la voie pour parvenir à la sécurité pour les peuples palestinien et israélien".
Auparavant, à l'issue d'une rencontre avec M. Abbas à Ramallah (Cisjordanie), dans un climat d'amertume de la rue palestinienne, Obama a estimé que "la possibilité d'une solution à deux Etats (continuait) à exister".
Obama est le plus important dirigeant à se rendre dans les Territoires palestiniens depuis l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU le 29 novembre, auquel les Etats-Unis se sont opposés.
Le président américain a parallèlement condamné le tir de deux roquettes contre Israël à partir de la Bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, tandis que M. Abbas a condamné "la violence contre les civils, quelle qu'en soit la source, y compris le tir de roquettes".

Libé
Samedi 23 Mars 2013

Lu 341 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs