Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au jour le jour : ​Ciel mon smartphone !





 
         
Le téléphone intelligent, ce nouveau véritable compagnon de notre quotidien en ces temps modernes est-il un précieux outil ou tout simplement de l’addiction chimérique à des applications virtuelles auxquelles on attribue une indispensable utilité ?
Jugeons-en ! Dès le ‘’izayoukoum’’ ou chanson du réveil de 7 heures, toute la journée durant, il nous marquera à la culotte pour employer le jargon sportif, car dans la foulée et après avoir fissa consulté Dame météo, si par hasard ou miracle il ‘’chteu’’, ce sera séance jogging pour l’assidu BGBC ou vélo d’intérieur pour les plus nantis. Culture physique et abdos terminés, en avalant le café ou ‘’noss-noss’’ accompagné du ‘’msemen’’ miellé, vas-y que je te consulte les nouvelles et que je t’épluche le courriel. On ne sait jamais, il se pourrait que la planète ait viré de cap dans son interminable rotation pendant notre longue nuit de cinq heures de sommeil. 
Moins d’une heure après être sorti du royaume des songes, notre personnage s’il, est motorisé, ouvrira une app genre Waze ou autre pour se repérer chemin faisant et éviter les quelques radars encore en activité, sinon s’il est un fonctionnaire lambda nonobstant la conduite, il empruntera le transport en commun et aura, à moins d’en être détroussé, tout à loisir de surfer dans les nec plus ultra des réseaux sociaux, Facebook et autre whatsapp, histoire d’être au courant de l’hilarité du jour et de la relayer si affinité  il y a.
Au boulot entre deux trois et même plus, pause-café, on décompressera au candy crush ou si plus branché on ouvrira l’app Pokémon. Moins joueur et plus vagabond dans l’âme, on consultera les applications de voyage et les prix y afférents. 
Mais dame ! on a déballé le smartphone dans bien de ses états à en oublier son essentiel, sa raison d’être, la communication téléphonique.   
Parfois, espace public quand tu nous tiens, bigophone à l’esgourde et se croyant seul au monde, on livrera à autrui sans le savoir, tous nos petits secrets et autres péripéties de notre existence. Que ce soit dans le ‘’tobiss’’, train, tram, dans les cafés et restaurants, la rue et tous les autres lieux du monde, on hurlera, emporté par une technologie qui nous prend par les oreilles à en perdre l’équilibre, à qui veut l’entendre, toute l’intimité d’une conversation tenue à un cher interlocuteur ou même pas cher du tout.
Pour répondre à la question, force est de constater que ce nouveau joujou des temps modernes est devenu une partie intégrante de notre vie et de son emploi du temps. Médusés face à ses applications et ses technologies ludiques et simplifiant notre quotidien mais au demeurant si aliénantes, nous en sommes devenus accros voire esclaves à tel point qu’on en oublie notre environnement, croyant en cela que son manque d’utilisation nous exclut de la société. 

Par Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 21 Octobre 2016

Lu 451 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs