Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Assahra Al Maghribia : Licenciement de journalistes




Assahra Al Maghribia : Licenciement de journalistes
Ce qui ne devait pas advenir est arrivé. Le groupe Maroc Soir vient, en effet, de procéder au licenciement collectif des cinq journalistes d’«Assahra Al Maghribia » qui avaient protesté contre les prélèvements sur salaires effectués par leur direction.
Il s’agit d’Abdellatif Fedouach, membre du conseil national fédéral du SNPM, Mohamed Fajri, Mohamed  Seliki, Othmane Erradouani  et Rabia Errouaidi.
Les membres de la rédaction du quotidien arabophone réunis lundi dernier au siège local du SNPM à Casablanca, ont décidé de porter le brassard durant une semaine et de saisir la justice de ce déni de droit. Un sit-in auquel tous les journalistes ont été conviés, sera également organisé ce jeudi 24 mai à 16 heures 30 devant le siège du groupe sis Rue Othmane Ibnou Affane.
Le Syndicat national de la presse marocaine a, par ailleurs, décidé d’initier une campagne de dénonciation tant au niveau national qu’à l’étranger et d’ouvrir une campagne de souscription afin de venir en aide aux confrères victimes de ce licenciement abusif. Selon un communiqué rendu public par ce syndicat, les autres journalistes de ce titre auraient reçu des menaces de licenciement s’ils persévéraient à contester les décisions prises par leur direction générale consistant en des prélèvements équivalents à des demi-journées de travail sur les salaires des confrères qui seraient arrivés avec un retard égal ou supérieur  à une demi-heure.  
Ce mode de gestion des ressources humaines, rappelle-t-on, fait partie d’une stratégie de précarisation de plus en plus poussée du travail journalistique au sein de ce groupe de presse dont on se rappelle qu’il avait, lors de son rachat par un magnat saoudien, édité ses quotidiens grâce à une autorisation de parution spécialement délivrée aux journaux étrangers contenue dans le décret n° 2-04-159 du 18 mars 2004 tout en continuant à percevoir l’aide publique à laquelle seuls les journaux nationaux devaient avoir droit.

L.M
Jeudi 24 Mai 2012

Lu 1560 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs