Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aqmi exécute le Touareg enlevé au Mali


Quatre autres personnes libérées



Aqmi exécute le Touareg enlevé au Mali
 
Un Touareg enlevé la semaine dernière par des hommes armés près de Tombouctou, dans le nord du Mali, a été tué et quatre ont été libérés, a annoncé mercredi à l'AFP un membre de leur famille, accusant le groupe jihadiste Aqmi.
Le Touareg, "retrouvé décapité", a été tué "parce que accusé par Aqmi d'être un informateur" des troupes françaises et de la mission de l'ONU au Mali (Minusma), a indiqué ce membre de la famille, Mohamed Ansari, contacté depuis Bamako.
 Sa mort a été confirmée à l'AFP par une source sécuritaire africaine de la Minusma basée à Tombouctou. "L'homme a été tué probablement dans la région de Tombouctou et, pour marquer les esprits, sa tête a été abandonnée dans la localité de Zouéra".
Les quatre autres personnes, dont un homme de 70 ans, se portent bien et ont été mises en liberté mardi dans la zone de Zouéra (environ 80 km de Tombouctou) où les cinq avaient été enlevés le 16 septembre, a précisé Mohamed Ansari.
 Selon lui, les rapts ont été perpétrés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui soupçonnaient les cinq personnes ciblées - toutes de la même famille - d'être des informateurs des troupes françaises et de la Minusma.
Les quatre Touareg libérés ont été relâchés parce qu'ils ont été "mis hors de cause".
Ces événements surviennent alors que se poursuivent à Alger des négociations de paix entre Bamako et des groupes armés du nord du Mali, dont le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg).
Le Mali a connu une profonde crise politico-militaire de près de deux ans à la suite d'une offensive contre l'armée lancée en janvier 2012 par le MNLA, ensuite rejoint par des groupes jihadistes alliés à Al-Qaïda dont Aqmi.
Ces groupes ont ensuite dominé les rebelles touareg sur le terrain et ont contrôlé pendant près de dix mois les régions du nord du Mali entre 2012 et début 2013.
Ils en ont été en grande partie chassés par une intervention internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et toujours en cours. Mais des attaques, visant en particulier les troupes étrangères, continuent à se produire dans le nord.
 

AFP
Jeudi 25 Septembre 2014

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs