Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après cinq longues années d’une gestion gouvernementale calamiteuse : Ça suffit !




Mesdames et Messieurs,
Le programme électoral du parti a coïncidé avec son rôle vital dans l’opposition qui lui a dicté l’élaboration d’une vision critique concernant le cours des évènements dans notre pays, la détermination des enjeux et défis à relever aux niveaux démocratique, des droits de l’Homme et culturel. On peut dire que notre parti a accompli pleinement son rôle dans l’opposition, et ce soit au sein de l’institution législative, soit dans les espaces publics du fait qu’il a exercé sa fonction critique des politiques publiques dans les différents secteurs et a entrepris son devoir d’évaluation et de contrôle des mesures gouvernementales prises à divers niveaux : politique, économique, social et culturel. Son bilan législatif était positif et constructif comme nous l’avons souligné lors de la rencontre tenue récemment  à la Chambre des représentants en vue d’exposer les résultats de l’action du Groupe socialiste à ladite Chambre et sa prestation distinguée sur les plans de l’action du contrôle ou celle de législation. Cette rencontre a été l’occasion de présenter le bilan de notre mandat.
La préparation du programme électoral a coïncidé également avec l’adhésion du parti, d’une manière élargie et forte, à la dynamique sociétale qu’a connue le Maroc au cours des dernières années, et qui s’est traduite à travers les protestations et revendications de plusieurs catégories sociales et forces populaires. Et je souligne là les doléances des professeurs stagiaires, des médecins, des pharmaciens, des femmes et de plusieurs coordinations sociales et organisations professionnelles qui se sont regroupées autour de l’USFP et ont répondu favorablement à ses valeurs, ses principes et ses objectifs.
Mesdames et messieurs,
La préparation du programme électoral a comporté deux dimensions essentielles : idéologique et d’action.
- La vision idéologique et politique émane des valeurs socialistes et vise le renforcement de l’édification démocratique.
- Les principes relatifs à l’instauration de la dignité, de la liberté, de l’égalité et de la parité entre les deux genres, la justice sociale et l’égalité des chances.
- L’opérationnalisation adéquate des dispositions de la Constitution de 2011 contre toute tentative de renier les acquis constitutionnels, politiques, démocratiques et des droits de l’Homme.
- Faire face aux graves régressions visant à raffermir l’hégémonie idéologique rétrograde aussi bien au sein de l’Etat que de la société.
- La lutte contre le plan biaisé portant  atteinte aux acquis sociaux à travers l’adoption d’une politique économique de droite arrogante ayant impacté négativement  les questions de l’éducation et de la formation, de la classe ouvrière, de la pratique syndicale, des libertés individuelles, des droits de la femme, de la liberté de l’art, de la création culturelle, entre autres.
- Mettre un terme à l’accentuation des disparités sociales, à l’extension de la précarité, à l’accroissement des pratiques de monopole et de rente et à la mainmise du secteur privé sur le secteur public.
- La critique de l’échec cuisant du gouvernement  quant à la réalisation d’un taux de croissance auquel s’était engagé cet exécutif hétérogène et dépourvu de gouvernance nécessaire. Un échec que confirment les institutions nationales concernées par les affaires économiques et financières (Banque Al-Maghrib, la Cour des comptes, le Haut-commissariat au plan).   
Prenant en compte tout ce qui a été avancé, le parti a pu élaborer un programme électoral à la lumière des orientations stratégiques suivantes :
- Renouvellement des fondements de l’action politique et renforcement des initiatives en matière de droit conformément aux dispositions de la Constitution en vue de mettre fin aux régressions politiques, de lutter contre la prévarication et de séparer le  pouvoir de l’argent et de la politique.  
- Fonder une économie forte et solide à même de créer un espace incitant à l’investissement et capable  de réaliser un taux  de croissance  ambitieux et soutenu, et du coup en faire une économie génératrice de richesses et d’emplois  basée sur la répartition équitable des revenus.
- L’élaboration de nouveaux pactes entre l’école et l’entourage, entre les partenaires économiques et l’Etat, ainsi qu’entre l’acteur associatif et la société. Ces pactes d’une nouvelle configuration ambitionnent de mettre en œuvre des réformes participatives dans le système éducatif et de formation, de garantir la mobilisation collective pour relever le défi de  l’emploi et consolider les valeurs de dignité et de justice à travers la réalisation de projets phares dans les domaines de l’habitat, la santé, la protection sociale et l’encadrement culturel.
- Mesdames et Messieurs,
Concernant le volet principal de l’action, le défi à relever a été celui de mettre en place  un programme électoral qui se distingue par sa vision  réaliste et profonde, traduisant l’engagement sérieux et pérenne de notre parti  à opter pour des politiques et des initiatives alternatives  et à mettre en œuvre  des projets et des mesures efficientes. Ce programme électoral traduit la méthodologie politique pour la gestion de la chose publique et l’ambition d’apporter des réponses convaincantes aux  grandes problématiques sociétales, et ce à travers un ensemble de mesures bien réfléchies et pratiques et une approche de complémentarité entre les domaines et les secteurs.
Partant de là,  nous pouvons affirmer:
 -Que le programme de l’USFP  est politique. Il se base sur la vision du parti concernant  l’édification démocratique d’une part, et s’appuie, d’autre part , sur les principes de l’équilibre des pouvoirs, l’indépendance de la justice, la reddition des comptes ainsi que la lutte contre la prévarication et l’éradication de la rente.   
-  Un programme économique et social du fait qu’il représente un modèle économique  complet,  fondé sur des alternatives efficientes dans les domaines de développement, des investissements, des politiques financières et d’impôt. Lequel programme se caractérise par sa référence socialiste  dont la dimension  sociale vise à lutter contre  le  libéralisme  sauvage  qui plonge  le Maroc dans  l’endettement, le non-respect des équilibres macroéconomiques de base qui ont sauvé l’économie nationale lors de l’expérience du gouvernement d’alternance.
- Un programme culturel fier de l’identité marocaine et du patrimoine immatériel, ouvert sur les civilisations humaines et défendant  la liberté de pensée et de créativité. La forte dimension culturelle se traduit dans  l’ensemble des réformes  principales, à savoir l’amélioration du système culturel, le développement  du domaine des médias et des techniques de communication et la révision de la gestion de la chose religieuse.
A noter que notre programme restera ouvert à toutes les visions nécessaires et sérieuses  émanant des institutions nationales  de consultations et des centres de la  recherche scientifique qui constitueront un partenaire  essentiel et actif pour le renforcement de l’action gouvernementale. Il s’agit particulièrement de Bank Al Maghrib, du Conseil économique, social et environnemental, du Conseil de la concurrence, du Conseil national des droits de l’Homme, de la Cour des comptes, du Haut-commissariat au plan, etc.
Mesdames et Messieurs,
Le programme électoral  présenté par  l’USFP est un programme qui s’étale sur 5 années avec 5 priorités principales :
-  Mettre en place un système de protection sociale  élargi et juste;
- Créer un modèle économique et de développement  alternatif  avec une approche intégrée;
- Consolider  une société démocratique et équitable  pour toutes les compétences;
- Renforcer les institutions constitutionnelles et consolider  l’Etat de droit;
- Instaurer  un nouveau système culturel avec une dimension démocratique et moderniste
Se basant sur ces priorités,  l’USFP participe à ces élections législatives avec un slogan significatif : «55 ça suffit! 555 mesures». Un slogan  qui rejette la continuité des dysfonctionnements empêchant le développement socioéconomique et qui propose un ensemble de mesures pratiques à même de permettre la réalisation d’un développement sociétal et humain global.
Le  parti opte pour «55 ça suffit!», parce que le pays ne peut plus tolérer ni perdre davantage de temps, d’énergies et de potentialités de développement, ni  permettre des régressions enregistrées dans plusieurs domaines essentiels.
Partant de là, notre parti crie haut et fort d’arrêter les interprétations constitutionnelles erronées, l’endettement et les déséquilibres financiers,  comme il appelle à mettre fin aux disparités sociales, à l’atteinte au pouvoir d’achat des citoyennes et citoyens, ainsi qu’aux restrictions des droits et libertés.                  
Nous annonçons le slogan «55 ça suffit!», parce que le pays a besoin d’une forte  charge au niveau de l’action gouvernementale  et d’une nouvelle génération de réformes économiques, sociales et culturelles. Et c’est pourquoi, l’USFP propose 555 mesures afin de remédier à la situation actuelle et d’instaurer un nouveau modèle de développement avec des actions réalistes et efficaces à tous les niveaux, l’objectif étant de servir les citoyens et les citoyennes ainsi que la société et l’ensemble de ses catégories.  
Mesdames et Messieurs,
Nous avons élaboré un programme électoral selon une méthodologie intégrée et complémentaire entre l’ensemble des secteurs  conformément aux mécanismes efficaces d’investissement, de bonne gouvernance et de mobilisation rationnelle des ressources financières. Les mesures et les dispositions proposées sont basées sur cinq grands systèmes:
Premièrement, le secteur social concerne l’éducation et la formation, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, l’emploi, la santé, l’habitat, la politique territoriale et l’administration publique. Le parti vise à établir un système élargi et juste de la protection sociale ciblant l’ensemble des catégories de la société à travers la conception et la mise en œuvre d’une politique sociale globale en rupture avec l’aspect caritatif de « l’aide sociale » et qui remet en question les droits sociaux comme élément de base des droits de l’Homme ainsi que les instruments destinés à offrir des services éducatifs, sanitaires et garantissant les droits au logement, au travail et à une vie décente.  Parmi les mesures prévues par notre programme électoral à titre d’exemple :      
Concernant l’éducation et la formation :
- L’opérationnalisation effective de l’obligation et de la gratuité de l’école publique  pour tous les enfants en âge d’être scolarisés ; garantir la qualité et la diversification de l’enseignement et veiller à son prolongement jusqu’au baccalauréat en mettant en œuvre tous les moyens nécessaires  y compris des partenariats avec les collectivités locales et le secteur privé.
- Concernant l’enseignement supérieur et la recherche scientifique,  il faut renforcer le cadre organisationnel afin de motiver la recherche et l’innovation par la mise en place d’un statut spécial  pour les chercheurs et l’encouragement de la recherche et de l’innovation dans les entreprises à travers l’augmentation des  financements alloués à la recherche scientifique , en passant de 0,8% du PIB à 1,5% à l’horizon 2021.
Concernant l’emploi :
- La réduction du chômage à 8% au maximum et la création de 150.000 postes d’emploi annuellement.    
- Accorder un intérêt particulier au chômage des jeunes en mettant en place un programme spécial « Espoir des jeunes » visant à dynamiser l’emploi de cette catégorie et à encourager ses initiatives en matière de création d’entreprises et la participation aux efforts de développement.
- Le renforcement du respect des libertés syndicales et l’institutionnalisation du dialogue social au niveau sectoriel, national, régional et local ainsi que la mise en place des outils permettant une opérationnalisation saine et fluide des dispositions du Code de travail.
Concernant la santé :
- La réédification du système sanitaire national sur le principe de santé pour tous édicté par la Constitution de 2011, et ce dans le cade d’une Charte nationale de la santé.
- La remise en question de la gouvernance du système sanitaire et l’opérationnalisation de la régionalisation avancée afin de combler le déficit en matière de ressources.  
- Accorder la priorité à la mise en place d’un programme spécial contre la mortalité des enfants et leurs mères lors des accouchements ainsi que la conception et la programmation d’un ensemble d’unités et établissements sanitaires à même de couvrir le territoire national selon une répartition géographique équitable.
Au niveau de l’habitat et de la politique de la ville :
- L’élaboration d’une nouvelle Charte nationale et régionale pour l’aménagement du territoire et le développement durable à travers l’adoption d’une approche multidimensionnelle intégrant les politiques publiques relatives au logement, à l’habitat et au système des villes.
- L’accélération du rythme de production des logements sociaux en encourageant les investissements privés via des caisses d’investissement ainsi que la révision du système fiscal relatif à ce type de logement afin de drainer davantage d’investissements et de répondre aux besoins des régions en matière de logement.    
 Révision de la grille des salaires conformément à un plan cohérent qui garantit le droit des employés à un salaire basé sur le principe d'équité, le niveau de compétence, la nature des responsabilités, la complexité du travail ainsi que l'effort de l’employé.
Adoption d'une méthodologie objective pour examiner la grille des salaires en vigueur dans le but de réduire l’acuité des disparités entre les salaires minimums et maximums et la motivation des employés pour augmenter leurs prestations administratives. Ce qui réhabilitera le salaire de base et la carrière professionnelle du personnel, ce qui garantira la justice administrative et en même temps motivera les ressources humaines.
Deuxièmement, le domaine économique et financier qui comporte les secteurs suivants : finances et impôts, secteur bancaire, agriculture, industrie, pêche, énergie, commerce, transport et circulation, économie numérique, économie sociale et tourisme.
L’objectif dans ce domaine est d’élaborer et mettre en œuvre une stratégie de développement qui tend à créer un modèle intégral et intégré, fondé sur la solidarité sociale, la justice territoriale et la restructuration rationnelle et de l'attractivité des investissements ; un modèle développé qui s’inspire du socialisme démocratique et qui répond aux données économiques et sociales actuelles et contribue à encourager le rythme de la compétitivité économique, améliorer le pouvoir d’achat des citoyens et renforcer la dimension régionale.
Et à travers ce modèle basé sur un accord économique à dimension sociale avec une nouvelle génération de réformes, le parti de la Rose ambitionne, à l’horizon 2021, d’accélérer la croissance pour atteindre 5,5%, de réduire le taux de chômage à un seuil maximum de 8%, d’augmenter les offres d’emploi avec la création de 150.000 postes  nets annuellement ainsi que de rehausser le revenu par habitant à hauteur de 20%.
L’USFP propose, à cet égard, pour la représentation, les mesures suivantes :
Sur le plan financier :
- Rationaliser les dépenses pour une efficacité plus grande de l’intervention gouvernementale.
- Lancer un dialogue national sur la mise en place d'une véritable réforme de la Caisse de compensation et de l’ensemble de l’arsenal des aides publiques à travers la mise en place d'un système rapide de protection sociale conditionné et destiné aux catégories défavorisées et en particulier la création d'une compensation minimale pour assurer la dignité de tous les citoyens.
- Adopter une politique fondée sur le principe de la justice spatiale en assurant une meilleure répartition des investissements publics entre les régions.
- Renforcer les mécanismes de lutte contre l'évasion fiscale par le biais de l’augmentation des ressources humaines pour un contrôle fiscal ciblé ; mettre en place un système global et efficace des données avec la participation effective des départements concernés et activer les exigences législatives en matière de répression de l'évasion fiscale.
Sur le plan agricole :
- Améliorer la qualité de la production afin d'augmenter l'offre d'exportation grâce à l'établissement de normes nationales en conformité avec les meilleurs standards internationaux : augmenter la valeur des exportations de 14 milliards de dirhams (MMDH) actuellement à 30 MMDH pour les secteurs qui bénéficient d’une bonne compétitivité (agrumes, olives, fruits et légumes) à l’horizon 2021.
- Unifier les fonds de développement et de l'investissement industriel (Fonds de développement industriel, Fonds Hassan II,…) en un seul Fonds et le doter d’un budget en vue de soutenir les industries émergentes (les métiers mondiaux du Maroc en particulier) et  intégrer le Royaume dans le système mondial et renforcer son expansion en Afrique.
Pour la pêche maritime:
- S’intéresser à l’élément humain dans la stratégie du travail grâce à l'adoption de mécanismes pour améliorer les conditions de travail de la main-d’œuvre tout en valorisant les ressources  halieutiques.
Sur le plan du transport et de la circulation :
- Réduire les pertes humaines  et matérielles des accidents de la circulation par l'adoption d’une politique publique fondée sur la nécessité d'assurer l'intégration des différents modes de transport et la mise en place des équipements nécessaires.
La réforme du système des agréments du transport public à travers le développement de la concurrence entre les acteurs du secteur et l’encouragement à la création et l’intégration des sociétés professionnelles, ainsi que l’instauration de conditions visant à améliorer la qualité des services et à renforcer la sécurité des voyageurs.
Troisièmement, le domaine social qui englobe la femme, l’enfance, la jeunesse,  la société civile, les personnes à besoins spécifiques, les personnes âgées, la sécurité sociale, l’environnement. Le parti vise, dans ce sens, à instaurer un système sociétal cohérent basé sur la parité, l’égalité et la dignité humaine afin de garantir le droit de chacun pour le développement de la société et de garantir la sécurité et la stabilité de celle-ci.
Nous partons de nos convictions fermes de la nécessité de la mise en application des mécanismes démocratiques dans la consolidation des droits politiques, sociaux et environnementaux essentiels qui  fondent une culture sociale moderniste et qui ne laissent pas de place à l’exclusion, à la marginalisation ou aux abus en tout genre. Pour cela, nous proposons les mesures suivantes :
• La révision de la loi qui régit l’Autorité de la parité et la lutte contre toute forme de ségrégations, ce qui lui donne le caractère d’une instance des droits de l’Homme à même de lui permettre de se spécialiser  dans les affaires féminines.
• L’instauration d’une justice pénale pour rendre justice aux femmes et la promulgation d’une loi évolutive contre la violence faite au genre en vue d’instituer une nouvelle culture en la matière.
• L’instauration du droit des ayants droit dans les retraites des femmes adhérant aux caisses de retraite après leur décès.
• La révision du cadre institutionnel pour la protection des enfants aux niveaux national et régional afin d’accélérer les opérations d'intervention et d'améliorer la qualité des interventions visant à protéger les droits des enfants de toutes formes de violence, de maltraitance et d'exploitation.
• Prendre des mesures préventives et incitatives pour lutter contre le phénomène du travail et de l'exploitation des enfants dans l'espace professionnel, avec le renforcement et la coordination des opérations sur le terrain visant à pénaliser les contrevenants.
• La révision globale du Dahir du 15 novembre 1958 régissant les associations, dans le but de prendre en considération les changements sociaux et d’accompagner les nouveautés concernant l’action civile et les exigences de la pratique associative.
• La révision et l’actualisation du cadre juridique et institutionnel concernant la protection de l’environnement et la consolidation du développement durable.
• La généralisation des réseaux d’assainissement et des  stations de traitement des eaux usées à travers la consolidation du programme national d'assainissement, avec la mise en place d’un plan national pour la création et la réhabilitation des espaces verts et l’amélioration des espaces de vie dans les banlieues.
Quatrièmement, le domaine institutionnel, juridique et des droits qui comporte les questions institutionnelles, l’Etat de droit, la réforme de la justice, les droits et libertés. Le but dans ce cadre étant de :
• Renforcer la structure démocratique et soutenir les institutions constitutionnelles, conformément à l'approche participative élargie, pour consolider l'Etat de droit et garantir les droits et libertés des individus et des groupes.
• Répondre aux aspirations actuelles de la société concernant la réforme du système judiciaire, la promulgation de lois justes et équitables, et l'adoption d'un système judiciaire indépendant et impartial.
• Considérer les droits de l'Homme comme partie intégrante  et indivisible au service des citoyennes et des citoyens et promouvoir leurs libertés et leur droit de vivre dans la dignité.
La gestion de ce domaine est également liée, à titre d’exemple, à :
• La promulgation  d’une loi permettant la création d’une Instance des affaires de l'Etat ayant pour objectif la consécration de la bonne gouvernance au sein des services publics et leur protection contre les risques  juridiques, ainsi que la mise en place des outils de lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics. Il s’agit d’une proposition de loi complète déjà présentée par le Groupe socialiste à la Chambre des représentants et qui est restée dans les tiroirs de celle-ci depuis le 18 septembre 2011, à cause du refus du gouvernement de discuter et d’adopter ce texte de loi bien qu’il octroie à l’Exécutif d’importants mécanismes de gouvernance et de lutte contre la prévarication;
• L’arrêt de l’hémorragie constatée annuellement par les rapports de l’Agence judiciaire du Royaume qui révèlent une hausse consécutive des litiges de l’Etat et que près de la moitié d’entre eux ont été jugés à l’encontre de l’Etat;
•  Le suivi de l’exécution des recommandations  de l’Instance équité et réconciliation  et la rupture totale avec les pratiques du passé relatives aux atteintes graves aux droits de l’Homme, notamment le volet concernant la rationalisation de la gouvernance sécuritaire et la poursuite des recherches et de l’enquête pour la révélation de la vérité.  
Faire bénéficier les Marocains du monde des droits stipulés dans la Constitution 2011 et notamment dans l’accès aux institutions de l’Etat et ce à travers la reconnaissance de leur droit à la participation politique.
Il faut également s’ouvrir à toutes les compétences marocaines résidant à l’étranger de manière à l’impliquer dans toutes les instances de gouvernance stipulées dans la Constitution tout en veillant  à une représentativité conséquente des Marocains du monde au sein de toutes les institutions et organismes étatiques et à l’adoption de l’idée d’une mise en place d’un Conseil supérieur de l’émigration.
5- Le domaine religieux, culturel et communicationnel et qui comprend les affaires religieuses, la culture et la créativité, les médias et les langues.
Le but est d’instaurer un nouveau pôle culturel à même de refléter les principes de la démocratie, de la modernité et de la liberté à travers la concrétisation des dispositions constitutionnelles, le respect de la pluralité et de la diversité et la consolidation du sens de la citoyenneté et de l’appartenance universelle.
Et dans ce sens, les mesures proposées concernent :
- L’augmentation des subventions réservées au secteur de la culture et dont une bonne partie est dépensée pour la gestion administrative, le but étant d’encourager l’investissement dans ce domaine tout en concevant autrement les dépenses ainsi que la politique de soutien au secteur de manière à contribuer efficacement à la mise sur pied d’une industrie culturelle accomplie.
-La création d’une Caisse nationale pour le financement  de l’action culturelle selon des cahiers des charges clairs, avec des conditions et des paramètres précis en vue de coordonner les politiques culturelles régionales et de garantir l’efficience des projets culturels, et ce en perspective de la mise en place de Caisses régionales.
-L’instauration d’un système législatif garantissant effectivement le droit d’accès à l’information à travers la consolidation des garanties nécessaires et la levée des restrictions imposées à même de permettre aux citoyennes et citoyens d’accéder à l’information escomptée dans le cadre du respect total des dispositions juridiques en vigueur.
-L’amélioration des dispositions contenues dans le Code de la presse et de l’édition et la garantie d’une symbiose entre les dispositions relatives aux différents métiers liés aux médias afin d’améliorer les conditions de l’exercice de cette fonction.
-L’opérationnalisation des dispositions constitutionnelles relatives à la question linguistique à travers la prise de toutes les procédures pratiques nécessaires. La mise en œuvre de mesures permettant de rendre opérationnel l’aspect officiel de la langue amazighe et d’assurer les moyens et les possibilités appropriés afin de rehausser le statut de l’amazighité et l’enseignement de cette langue.
Mesdames et Messieurs,
Notre programme électoral traduit la volonté de faire sortir la pratique politique et institutionnelle de cette ère monotone  et chancelant qui a fait que le gouvernement actuel monopolise les décisions en dehors des règles et des coutumes démocratiques et d’aller vers une ère rayonnante susceptible de créer un pacte de sincérité entre l’acteur gouvernemental et le citoyen, et ce pour la défense d’une société moderne et ouverte à tous. C’est une formule de contrat différente, n’avantageant pas une partie au détriment d’une autre, une formule d’interaction entre celui qui prend la décision et celui qui y contribue.
Celui qui œuvre au développement de l’action publique et celui qui profite des services publics. Entre celui qui décidera demain (au niveau du gouvernement) et celui qui est appelé à décider aujourd’hui (au niveau des urnes). Autrement dit entre deux partenaires authentiques.
De ce fait, ce programme électoral constitue un pacte avec les citoyennes et les citoyens. Il expose les engagements de l’Union socialiste des forces populaires, lesquels émanent de sa vision politique et d’une perception critique et de son profond attachement aux valeurs de dignité, de liberté, de justice et d’équité. C’est un programme pour une gestion démocratique à même d’accompagner les grands changements de la société marocaine et d’apporter  des réponses aux questions et problématiques nationales et régionales à travers des engagements clairs et sans équivoque.
Ces engagements visent la qualification du champ politique et la réédification des équilibres socioéconomiques en vue de récupérer la confiance des citoyennes et des citoyens, des intervenants professionnels, des partenaires stratégiques et ceux de la société civile.
Mesdames et Messieurs,
Permettez enfin que je rappelle que nous avons réservé aux membres actifs du parti une mallette contenant le programme électoral avec le récépissé de dépôt, le guide électoral, le bilan d’action du groupe socialiste à la Chambre des représentants, un dépliant, un document de mesures proposées, publications diverses.
Sachant que tous les documents de communication sont téléchargeables du site électronique du parti …
Merci à vous et place donc à vos questions.
 

Traduit de l’arabe par la rédaction
Samedi 17 Septembre 2016

Lu 2705 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs