Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après Mossoul, les djihadistes de l’EIIL s’attaquent à la ville pétrolière de Baïji

Nouri Al-Maliki annonce une cellule de crise le volontariat et l'armement des citoyens




Après Mossoul, les djihadistes de l’EIIL s’attaquent à la ville pétrolière de Baïji
Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui se sont emparés de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, progressent dans la ville pétrolière de Baïji, où ils ont incendié un tribunal et un poste de police, rapportent mercredi des responsables de la sécurité. Baïji, ville située à mi-chemin de Bagdad et Mossoul, abrite une raffinerie protégée par quelque 250 gardes qui auraient accepté, lors de négociations avec une délégation de chefs tribaux envoyés par les djihadistes, de se retirer en échange d'un sauf-conduit vers une autre ville.
Les jihadistes contrôlaient mercredi Mossoul, capturée la veille, patrouillant dans la deuxième ville d'Irak et appelant les fonctionnaires à reprendre leur travail, selon des témoins. Malgré le calme qui prévalait dans la matinée, des habitants continuaient à fuir la ville, théâtre de combats la veille, toujours selon des témoins.
Des centaines de jihadistes se sont emparés mardi coup sur coup de l'intégralité de la province de Ninive, dont Mossoul dépend, puis de parties de deux autres provinces voisines, Kirkouk et Salaheddine, des avancées fulgurantes devant lesquelles les autorités semblaient impuissantes.Les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) se sont positionnés dans la ville, près des banques et des administrations publiques, ont indiqué des témoins par téléphone à un journaliste de l'AFP. D'après Hassan Barjess al-Jobouri, 45 ans, qui habite dans le sud de Mossoul, les jihadistes sillonnent la ville à bord de véhicules et appellent par haut-parleurs les fonctionnaires à rejoindre leur poste.
Vêtus d'uniformes militaires pour certains ou de tenues noires pour d'autres, les jihadistes, qui opèrent à visage découvert, ont pris également position au siège du conseil provincial. Selon d'autres témoins, la ville était calme mercredi matin et la plupart des commerces étaient fermés. Dans le même temps, des dizaines de familles continuaient à quitter Mossoul (350 km au nord de Bagdad) mercredi en direction de la région autonome du Kurdistan, plus au nord, ont indiqué des témoins.
Face à l'avancée des rebelles sunnites, le gouvernement du chiite Nouri al-Maliki, honni par les rebelles, a annoncé "une cellule de crise pour superviser le volontariat et l'armement" des citoyens prêts à combattre l'insurrection, et sa décision de "réorganiser" les forces de sécurité. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit "très inquiet" de la "détérioration" de la situation, tandis que Washington qualifiait l'EIIL de "menace pour la stabilité (...) de toute la région". 

Agences
Jeudi 12 Juin 2014

Lu 337 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs