Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Amina Lamrini et Jamal Eddine Naji, nouveaux responsables de la HACA : Les leçons d’un limogeage




C’est en pleine réunion du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle qu’Ahmed Ghazali et Naoufal  Reghaye ont appris leur limogeage de la présidence et la direction de la HACA.  Ce jeudi 10 mai, il est aux environs de 17 heures, lorsque les deux patrons de l’autorité de régulation reçoivent, presque en même temps, des SMS sur leurs portables leur annonçant la nomination d’une nouvelle présidente, Amina Lamrini, et d’un directeur général, Jamal Eddine Naji.  Selon nos information, l’auteur du SMS aurait appris la nouvelle sur les ondes de Médi 1, qui a été la première à donner l’information dans son flash de 17 heures.
Ahmed Ghazali  en informe immédiatement les Sages et met fin  à la réunion. C’est la douche froide dans la grande salle qui abrite traditionnellement les travaux du conseil. Pourtant, depuis plusieurs semaines déjà, la HACA était dans l’œil du cyclone et l’étau se resserrait chaque jour davantage sur les responsables et gardiens du temple audiovisuel. L’affaire des nouveaux cahiers des charges de la SNRT et de 2M SOREAD élaborés par Mostafa El Khalfi, le ministre de la Communication, a fini par coûter leur place aux président et directeur général de la Haute Autorité.  Après le coup d’Etat dans les médias audiovisuels publics à travers le contrôle direct du ministre El Khalfi, le débat a été largement alimenté par la célérité avec laquelle les Sages ont validé en 24 heures- ces nouveaux cahiers des charges en acceptant toutes les entorses faites au pluralisme culturel et linguistique que consacre la Constitution.
Très vite, les députés, et particulièrement ceux de l‘Union socialiste des forces populaires, ont soulevé la responsabilité de la HACA en direction de laquelle ils ont pointé un doigt accusateur.   L’autorité régulatrice, expliquent-ils,  n’a pas joué le rôle qui est le sien.  Le CSCA a-t-il fonctionné en institution constitutionnelle ? A-t-il rempli jusqu’au bout sa mission en donnant son imprimatur aux cahiers des charges/grilles des programmes de M. El Khalfi ? « Non, répond cet ancien Sage. De tels cahiers des charges n’auraient jamais dû passer. Une raison parmi tant d’autres : la question du pluralisme linguistique largement remise en cause par la copie de l’actuel ministre de la Communication était suffisante pour que la HACA ne valide pas ces cahiers des charges».
Depuis l’audience Royale accordée au chef de gouvernement et au ministre d’Etat A. Baha, au sujet des cahiers des charges et au cours de laquelle le Souverain a rappelé aux membres du gouvernement  «la nécessité de respecter la Constitution, laquelle exige explicitement le pluralisme linguistique, culturel et politique», les derniers sceptiques  avaient enfin  pris conscience de  la faute politique  de la Haute Autorité et ce en laissant bafouer et malmener les principes du pluralisme, de l’ouverture et de la diversité par le pouvoir exécutif.
Après le vif débat politique et sociétal suscité par les cahiers des charges de l’islamiste Mostafa El Khalfi, une commission ministérielle, présidée par N. Benbadallah, a été chargée de procéder à  leur révision.

Amina Lamrini : un choix emblématique
C’est dans ce contexte qu’intervient le changement à la tête de la HACA. Les nominations d’Amina Lamrini El Ouahabi et de Jamal Eddine Naji, le nouveau tandem qui dirigera la Haute Autorité dont la crédibilité a été bien  mise à mal après la très rapide imprimatur donnée aux cahiers des charges par qui toutes les polémiques sont arrivées. Le choix d’Amina Lamrini, une activiste dont le cœur bat à gauche, est emblématique. Mme Lamrini a été au cœur des combats en faveur des droits des femmes et de la dignité humaine. Cette militante des droits humains qui a été l’une des toutes premières femmes à siéger au bureau politique du PPS, est une démocrate convaincue, un esprit libre et indépendant, une  avocate passionnée du pluralisme et de l’égalité. A ses côtés, Jamal Eddine Naji, cet homme de médias au long cours et avec qui elle a en partage un référentiel et des valeurs où démocratie, modernité et égalité sont les maîtres mots.
Au commencement, la Haute Autorité avait posé les jalons du libéralisme audiovisuel et initié les fondements du pluralisme. L’expérience des nouveaux cahiers des charges a montré les limites d’une équipe qui a très vite été remplacée. Une nouvelle page s’ouvre. Ceux et celles qui se sont inquiétés de la remise en cause du pluralisme linguistique et culturel et de l’indépendance des médias audiovisuels  publics peuvent enfin  respirer.

Narjis Rerhaye
Samedi 12 Mai 2012

Lu 2161 fois


1.Posté par futurbarbu le 14/05/2012 15:48
Les anciens dirigeants de la HACA ,pour preserver leurs postes ,n'ont pas hésité à plier l'échine devant la lampe éteinte sur l'ouverture du Maroc aux idées du progrès ,l'obscurantisme voulait ,à travers des cahiers de charges barbus ,étouffer les voix du changement pour la construction d'un Maroc démocratique multilingue.Bon débarras!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs