Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ambiance de joie et de recueillement à l’occasion de Aïd Al Mawlid

Chaque région décline ses propres traditions




Ambiance de joie et de recueillement à l’occasion de Aïd Al Mawlid
Après avoir fêté Aïd El Fitr et Aïd Al Adha comme ils se doivent, les Marocains accueillent ce mardi Aïd Al Mawlid.
Pour commémorer ce jour qui marque la naissance du Prophète Sidna Mohammed,  chaque région décline ses propres traditions.
A Casablanca, les familles préparent des crêpes (msemen et baghrir) et à midi, elle se réunissent autour d’un bon couscous ou d’un tajine de viande aux pruneaux ou de poulet aux olives et aux citrons farcis.
A Tanger, les femmes préparent la «caliente», un plat à base de farine, de pois chiches et d’œufs.  Les Fassis préparent pour le petit déjeuner une soupe à base de semoule additionnée de miel (Laâsida). Pour le déjeuner, il est hors de question qu’ils mangent autre chose que du poulet garni de citrouille caramélisée.
Les R’batis, quant à eux, préparent pour le petit déjeuner des crêpes marocaines, et un pain spécial Aïd, saupoudré de sésame. A midi, ce sera le tour d’un tajine de viande aux pruneaux.
A Salé, le Moussem des cierges ou Moussem de Sidi Abdallah Ben Hassoun qui est célébré en l’occasion, est une tradition ancestrale. Elle est organisée annuellement depuis quatre siècles par les chorfas Hassouniyine. Ce Moussem revêt à la fois un caractère religieux, artistique, culturel et de bienfaisance.
 La ville vit à son rythme durant toute une semaine. La procession des cierges, qui se déroule la veille de l’Aïd al Mawlid, sillonne les artères de la ville après la prière d’Al Asr en direction du mausolée de Sidi Abdallah Ben Hassoun. Elle réunit sur son parcours une population des deux rives du Bouregreg. Au programme de cette manifestation figurent également des soirées de musique, une veillée religieuse au cours de laquelle seront récités des versets coraniques et des panégyriques du Prophète.
Quant à Meknès, le Mouloud est toujours l’occasion pour des milliers d’adeptes des «Aïssaoua», de préférence fervents de la «hadra», de se rendre au mausolée de Cheïkh El Kamel, El Hadi Ben Aïssa,  Plusieurs villes organisent également des soirées artistiques et des activités culturelles. Les festivités s’y poursuivent pendant trois jours d’affilée, si ce n’est une semaine, dans les villes disposant de zaouïas  comme Berkane où la Zaouia de Madagh de la Tarika Kadiriya Boutchichia tient le haut du pavé. Une grande veillée y est organisée après la prière d’Al  Ichaâ. Cette veillée se poursuit tard dans la nuit par des chants soufis et de déclamation de panégyriques du Prophète.
Côté habillement, les parents font plaisir à leurs enfants en leur achetant de beaux vêtements. Tout le monde trouve donc  son compte à l’occasion de cet événement religieux et festif. 

Mardi 14 Janvier 2014

Lu 1242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs