Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

‘’Al Fassiya’’ ouvre le bal du Festival national de l'art du Madih et Samaâ de Fès




La troupe musicale de l’Association ‘’Al Fassiya’’ a ouvert, vendredi soir à Fès, le bal de la 20ème édition du Festival national de l'art du Madih et Samaâ. La troupe de l'art du Madih et Samaâ a exécuté avec brio un florilège des plus beaux chants de ce style musical aussi sublime qu’authentique, au grand bonheur des mélomanes de la ville et des férus de la musique classique. Dirigé par l’artiste Driss Daoudi, l'ensemble a revisité en chœur de célèbres morceaux du patrimoine musical marocain, dont des qçayed et des poésies à caractère religieux, créant une ambiance empreinte de spiritualité. Par la suite, l’ensemble soufi de l’Association ‘’Al Jawhara Azzarkae’’ (Berle bleue) de Chefchaouen, accompagné du maître Youssef Makhchan, a fait vivre au public aussi nombreux qu’hétéroclite des moments d’allégresse spirituelle, interprétant des chants religieux et des textes extraits de poésie soufie. Dans une déclaration à la MAP, le directeur du festival, Hassan Mohib, a mis l’accent sur la thématique de cette édition, notant que l’art du Madih et Samaâ trouve sa genèse et son évolution dans les mausolées et les Zaouias du Maroc. Cet art authentique est lié principalement à l’invocation de Dieu et aux louanges et panégyriques du Prophète Sidna Mohammed, a-t-il dit.
M. Mouhib a aussi noté que l’art du Madih et Samaâ a des prolongements dans ce qui est communément appelée actuellement ‘’Al Onchouda Al Islamia’’, ajoutant que la commune urbaine ne ménage aucun effort pour protéger ce patrimoine culturel, cher à tous les Marocains.
Initié par la commune urbaine de Fès sous le thème ‘’Fès, capitale spirituelle’’, le Festival national de l'art du Madih et Samaâ vise à valoriser et préserver cet art authentique, en tant que composante principale du patrimoine culturel marocain. Ce festival, devenu un rendez-vous incontournable pour les mélomanes de la ville, prévoit de nombreux spectacles et des soirées religieuses et de Dikr dans les Zaouïas de la ville, notamment celles de Sidi Ali Jamal Al Amrani, Al Ouazzanya et Addarqaouya.



Libé
Lundi 9 Octobre 2017

Lu 296 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs