Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aït Ourir : Mobilisation contre la déperdition scolaire




Les actions en faveur de la lutte contre l’analphabétisme, la déperdition scolaire et la généralisation de la lecture notamment chez la fille rurale ne manquent pas au niveau de la province d’Al Haouz. Le modèle de la commune urbaine d’Aït Ourir demeure très révélateur dans ce sens. Révélateur car cette commune a réussi récemment à remporter l’un des prestigieux prix du Sommet Africain des collectivités locales « Africités 5 » tenu du 16 au 20 décembre à Marrakech, à savoir le prix de “l’Education de base” (Basic Education Award).           
Une telle distinction internationale se veut le fruit des grands efforts déployés, depuis des années, par les différents acteurs concernés (autorités locales, élus et société civile) pour la promotion de la scolarisation et sa généralisation, la lutte contre l’abandon scolaire et la lutte contre l’analphabétisme chez la population locale qui demeure à dominante rurale au niveau de la province.
De tels efforts viennent d’être couronnés également par la signature le week-end dernier à la municipalité d’Aït Ourir, d’une convention de partenariat et de coopération pour la mise en valeur du rôle de la lecture, sa promotion et sa généralisation auprès du public y compris les enfants en bas âge.
Les signataires de cet accord se fixent comme objectifs d’inciter les élèves à s’intéresser davantage à la lecture et à faciliter l’accès de la population locale à l’ensemble des ouvrages, des bouquins et des documents historiques inédits de la Bibliothèque Ben Youssef à Marrakech et celle d’Aït Ourir.
De l’avis de MAhmed Touizi, président du conseil municipal d’Aït Ourir, cette convention est très importante dans la mesure où elle permet de jeter les jalons d’un partenariat édifiant à même de faciliter la formation des cadres et du personnel de la bibliothèque municipale de cette localité.
Important aussi, selon M. Touizi, car cet accord devra faciliter les échanges de visites, d’expériences et d’expertises entre le personnel des deux bibliothèques et aussi garantir l’équipement de la bibliothèque d’Aït Ourir en ouvrages et manuels instructifs.
Afin de joindre l’utile à l’agréable et de répondre positivement à l’ensemble des programmes gouvernementaux en matière d’éducation et de formation, la municipalité d’Aït Ourir a initié récemment un concours de lecture des nouvelles qui a duré un mois, au profit des élèves de la 6ème année de l’enseignement fondamental dans différents établissements scolaires de cette municipalité. Ce concours a été ponctué par une remise de prix et présents au profit de 10 vainqueurs parmi les jeunes écoliers de la région, dont 9 filles.
Lors de cette manifestation culturelle et éducative, il a été procédé à la distribution de quelque 380 nouvelles de l’écrivain et nouvelliste, Mohamed Abdessalam El Bakkali.
Dans ce cadre, M. Touizi a fait remarquer que l’objectif de ce concours étant de stimuler la compréhension et le sens d’analyse chez les jeunes participants dans la mesure où ceux-ci ont été invités à réaliser un résumé de la nouvelle, à extraire les idées maîtresses et à définir les personnalités principales et celles secondaires.
 « Nous avons initié ce concours dans le but de mettre en valeur l’importance de la lecture et sa place de choix dans le domaine de l’éducation et de la formation surtout à un moment où cette pratique commence à tomber dans les oubliettes face à l’envahissement accéléré des différentes technologies de l’information et de la communication», a expliqué M. Touizi.
Et d’ajouter qu’il appartient désormais aux parents comme aux enseignants et éducateurs d’encourager les jeunes enfants à diversifier leurs lectures et s’intéresser davantage à tout ce qui est instructif, étant donné l’importance de cette pratique, notamment durant les premières années de la scolarisation, dans l’édification de la personnalité des jeunes, dans leur épanouissement culturel et intellectuel, mais aussi dans l’acquisition de grandes compétences en matière d’analyse et de réflexion.  Au sujet du prix «Africités»  pour l’Education de base, M.Touizi a indiqué qu’il s’agit d’une grande distinction qui vient couronner le grand travail mené dans le domaine de l’enseignement préscolaire et de l’éducation de base. 

Mohamed RAMI
Jeudi 7 Janvier 2010

Lu 395 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs