Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aïd Al Adha, une occasion de faire revivre les traditions ancestrales




Aïd Al Adha, une occasion de faire revivre les traditions ancestrales
A l'instar des autres régions du Royaume, la célébration de l'Aïd Al Adha dans la province de Tata est une occasion idoine pour faire revivre nombre de traditions et coutumes authentiques ancestrales qui font la part belle aux nobles valeurs humaines.
Aïd Al Adha est "la fête la plus sacrée" pour la population locale, affirme Jamal Allali, chercheur dans le domaine du patrimoine de la région. Et la plupart des personnes originaires de la province et résidant dans différentes villes marocaines préfèrent passer les vacances de l'Aïd avec leurs familles et proches, a-t-il témoigné à la MAP.
Plus de 3.000 personnes, tous âges confondus, visitent la ville d'Akka chaque année pour célébrer la fête du sacrifice avec leurs familles, a-t-il dit.
Selon ce chercheur de la région, les habitants se dirigent vers "Lamsallah", qui se trouve près des douars, pour accomplir la prière de l'Aïd, avant que la foule ne se réunisse dans une place publique pour sacrifier "le mouton du Fqih".
Après la prière, la population locale offre des dons au profit du Fqih et chacun retourne chez soi pour accomplir la "sunna" du sacrifice. 
Plusieurs familles à Akka, de la commune rurale Sidi Abdallah Ben Mbarek et de Foum Zgid préfèrent sacrifier des veaux au lieu des moutons, a-t-il ajouté. 
Après la prière d'Adohr, les hommes rendent des visites, notamment dans les villages, à toutes les maisons . 
De leur côté, les femmes sortent, dans de petits groupes, peu avant la prière d'Al maghrib pour présenter les voeux à cette occasion.
Dans la matinée du deuxième jour de la fête du sacrifice, les familles découpent le mouton et reçoivent les hôtes venant des douars avoisinants. 
Par ailleurs, les hommes et femmes de la région Tamnarat organisent une sortie et se rendent à la montagne "Aourir" où ils prennent leur déjeuner.
La soirée est marquée par la tenue d'un spectacle d'Ahwach qui se poursuit jusqu'aux petites heures du matin, alors que le lendemain du jour férié, les familles échangent les visites pour prendre le déjeuner ensemble.
Les cérémonies de mariage se multiplient dans les douars de la région à cette occasion, et les associations locales organisent des activités sportives et artistiques auxquelles participent les habitants des douars avoisinants.
Pour Al Khalil Nouhi, acteur associatif, Aïd Al Adha est une occasion propice pour la population locale en vue de conclure des contrats de mariage et célébrer des fiançailles des jeunes de la région.
La fête du sacrifice est également marquée par une forte activité économique, notamment en matière de transactions, outre l'organisation de jeux traditionnels par les enfants de la région. 

Vendredi 3 Octobre 2014

Lu 2000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs