Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Zaidi, président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants : “Nous étions les premiers à poser le problème de l'absentéisme”




Ahmed Zaidi, président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants : “Nous étions les premiers à poser le problème de l'absentéisme”
Trêve de fausses rumeurs et de mensonges inouïs. Le souci de donner à l’institution parlementaire toute sa crédibilité, en commançant par la lutte contre cet absentéisme qui écorche gravement son image, ne date pas d’aujourd’hui. Cela a toujours constitué une priorité pour l’USFP. Et ce n’est pas maintenant que les socialistes vont se rétracter tel que d’aucuns cherchent à le faire croire. C’est ce que tient à préciser Ahmed Zaidi, le président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants. L'USFP a toujours plaidé, rappelle-t-il, pour la présence des représentants du peuple dans les débats et les séances parlementaires, car l'image du Parlement presque vide entame sa crédibilité dans un contexte politique marqué par l’indifférence des citoyens.
Pour cette raison, Zaidi rejette catégoriquement l'information publiée dans une certaine presse écrite récemment et selon laquelle l'USFP aurait refusé de signer le procès-verbal concernant les ponctions sur les indemnités des parlementaires.  « C'est un pur mensonge, entonne le député socialiste. Nous étions les premiers à poser le problème de l'absentéisme. Au sein de notre Groupe, on signe la liste de la présence de nos élus dans les réunions du Groupe, les séances plénières, les réunions des commissions et les séances pour vote des lois », a-t-il précisé dans un entretien téléphonique avec «Libé ».  Quand la présidence de la Chambre des représentants avait décidé de sanctionner les députés absents, le Groupe socialiste a loué cette initiative. Mais l'application de cette mesure, selon Zaidi, soulève quelques problèmes qu’il ne faut, en aucun cas, feindre d’ignorer. « Si l'on exige des parlementaires d'être présents, il faut en contrepartie respecter leur dignité. Nous avons exigé également que le gouvernement soit tenu d'assister aux travaux du Parlement », a-t-il expliqué. Pour le Groupe socialiste, le principe des retenues sur les indemnités des députés ne pose pas problème en lui-même, mais cela doit se faire dans un cadre légal.
Au cours des concertations sur l'absentéisme, les députés socialistes font une distinction entre les séances importantes qui demandent la présence obligatoire des élus et les séances qui ne le sont pas. « Parfois, en effet les séances des questions orales ne concernent que 5 % des députés qui posent des questions», a-t-il dit. Pour rappel, en 2009, l'USFP et le PJD se sont insurgés contre l'absentéisme et ont plaidé pour l'élaboration d'une loi qui pénalise les parlementaires qui s'absentent sans raison valable. Ils ont proposé la publication lors de chaque séance des noms des parlementaires absents. Mais la proposition de ces deux formations politiques n'a pas été prise au sérieux à l'époque.
 

Mourad tabet
Samedi 28 Juillet 2012

Lu 834 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs